... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares, curieux et précieux ... ...

[CLAVICULES DE SALOMON manuscrit 18e s.] - La Clavicule du Roi Salomon, vers 1740

 

[CLAVICULES DE SALOMON manuscrit 18e s.] - La Clavicule du Roi Salomon, Traduite de l'hébreu en latin, & du latin en françois, suivant le manuscrit qu'il a laissé à la postérité, & que l'on a trouvé dans ses papiers après sa mort. Slnd, , vers 1740, in 4°, manuscrit de 164pp. 1f. bl., d'une belle écriture penchée très soignée, texte avec encadrement illustré de figures finement dessinées à l'encre brune et rose : dont 11 figures à pleine page de clavicules, pentacles et échelle de Salomon, un ensemble de pentacles in texte, 2 planches h.t. représentant 6 pentacles et une avec 5 pentacles, plus qq. figures in texte représentant les tables des heures des planètes, des signatures angéliques et instruments divers (couteaux et épées), cart. souple papier marbré moderne genre ancien, étui, bel état.

6 500 €

Intéressant et joli manuscrit des clavicules de Salomon datant de la première moitié du 18e siècle. Il est divisé en deux livres, le premier en 9 chapitres : les heures & vertus des Planètes ; Des Arts pour faire les expériences & opérations dans les jours & heures convenables ; De la Confession que doit faire & réciter l'Exorciste ; Des prières & conjurations ; Conjuration plus forte & plus puissante ; Conjuration plus forte ; Des médailles ou pentacles, & comment on doit les faire ; De l'expérience du larcin & comment on doit l'opérer. S'ensuivent 7 talismans dessinés à pleine page, avec leur explication au verso (Saturne, Jupiter, Mars, Soleil, Vénus, Mercure, Lune), 2 planches de pentacles divers, 1 planche du grand pentacle pour conjurer les esprits malins infernaux & supérieurs à tous les autres, 1 planche de l'Echelle de Salomon, 1 planche de 6 talismans pour faire apparaître les bons esprits. Le livre second livre comprend 19 chapitres : A quelle heure, après la préparation de toutes choses, on doit donner la perfection & l'accomplissement aux opérations ; De quelle manière doit se régir le Maître de l'Art qui opère ; Comment les Compagnons & les Disciples doivent se régler ; Du Jeûne, Abstinence & Observation ; Des Bains & de la façon qu'on les fait ; Des lieux dans lesquels on peut commodément faire les opérations de l'art ; Du couteau, épée & faucille de l'art, du poignard ou stilet, des 7 lancettes, verge, baguette &c. ; Des encensements, fumigations, parfums, odeurs, & des choses que l'on doit pratiquer & opérer dans les arts magiques ; De l'eau & l'hÿsope ; De la lumière & du feu ; Des habits, chausses & souliers ; De la plume, encre & autre chose ; De la plume de l'Hirondelle & du Corbeau ; Du sang de la chauve souris, pigeons & autres choses ; Comment on doit faire pour l'opération du papier ou parchemin vierge ; De la cire ou terre vierge. Papier filigrané "Gerrevink" avec un écu au cornet ; Lubertus van Gerrevink fut un célèbre papetier hollandais actif de 1694 à 1731, d'autres fabricants l'imitèrent après 1740. ¶ W.A. Churchill watermarks n°318 - R. Gaudriault filigranes p.51 et fig. n°401 (vers 1740).

 








 

LULLE (Raymond). Manuscrit intitulé :, Le Testament de Raymond Lulle. Du latin mis en français par J.-E. Emerit, 1941-47

 

Manuscrit original du Dr. Émerit

 

LULLE (Raymond). Manuscrit intitulé :, Le Testament de Raymond Lulle. Du latin mis en français par J.-E. Emerit agrémenté par lui de numismatiques figurines cabalisantes, avec l'Art Royal et Sacré commencé Dieu aidant l'an de la Rédemption 1941 le XXVIII de décembre dimanche des Saints Innocents en la maison du père à Saint Jean d'Angély.... (colophon) "ce travail fut terminé.... l'an 1947 pour la St Michel..."Saint Jean d'Angély, , 1941-1947, manuscrit in 4°, de 2ff. 226pp., d'une belle écriture très soignée, exemplaire réglé et illustré de nombreuses et belles figures numismatiques dessinées à l'encre dans le texte dont certaines rehaussées en couleurs et/ou à l'or, d'un blason en couleurs rehaussé d'or au second feuillet, d'une figure à système p.101 (figure dessinée recouverte d'une autre figure dessinée et coloriée sur un petit papier se soulevant) et d'un très beau dessin en couleurs h.t. p.117 reproduisant des glyphes et figures probablement mayas, avec joint une note mss. au crayon pour la p.158. pl. chagrin rouge époque, dos à deux nerfs épais filetés à froid se prolongeant sur les plats, titre doré au dos, bel état.

6 500 €

Superbe manuscrit de l'une des premières traductions françaises du vrai Testament alchimique attribué à Raymond Lulle, travail original qui nécessita à son auteur six années de labeur. Le Testament, dont le titre d'origine est "Testamentum duobus libris universam artem chymicam complectens - Item eiusdem compendium animae transmutationis artis metallorum" (littéralement "Testament en deux livres de l'art chimique universel complet — Dont un volume sur comment transmuter l'âme des métaux") est le plus ancien traité pseudo-lullien d'alchimie, il daterait de 1332. Il fut publié pour la première fois à Cologne en 1566 sous le nom de Lulle. C'est dans cet ouvrage qu'est rassemblé le plus grand nombre des connaissances alchimiques de l'époque et les principales théories concernant cet art. L'ouvrage montre des connaissances poussées en pharmacologie. Les règles qu'il énonce sont parfois énigmatiques, notamment lorsqu'il s'agit "d'anoblir" les métaux ou de la "quintessence" du vin. L'ensemble constitue un témoignage important sur l'alchimie au Moyen Âge. Il développe la notion de "médecine universelle", tant pour les pierres (transmutation) que pour la santé des hommes. Elève probable d'Arnaud de Villeneuve, on lui attribue un certain nombre de livres sur l'alchimie. Mais, ce qui n'est pas le moindre des paradoxes, ses deux biographes, Alain Llinarès et Louis Sala-Molins n'en citent aucun. Pas non plus de traités alchimiques dans les 8 volumes des "Opera" publiées à Mayence (1721-1742) ni dans les 5 volumes de l'Opera latina publiée à Fribourg-en-Brisgau & Palma de Majorque (1959-1967). Didier Khan pense que les traités alchimiques attribués à Lulle furent rédigés par un de ses disciples, et rappèle que le "Testament" devint, au sein de la communauté des disciples d’Hermès, le texte de référence par excellence. Parmi les très nombreux auteurs cités par Michaël Maïer dans ses Arcanes très secrets (1613) Lulle occupe de loin la première place. Au milieu du XVIIe siècle, Eugène Philalèthe n’hésite pas non plus à citer souvent le Testament ; il appelle Lulle « le meilleur artiste chrétien qui fût jamais ». Dans les ouvrages de Fulcanelli et d'Eugène Canseliet, on trouve de nombreux renvois aux différents textes attribués à Lulle. Il n'existe toutefois aucune certitude que Lulle ait pratiqué l'alchimie. Nous dirions même que son Ars Magna, sa philosophie, et sa mystique prouveraient le contraire. On trouve différents manuscrits portant le titre de "Testament" attribués à Raymond Lulle. Nous avons même un commentaire par Lulle lui-même (L'Elucidation ou l'éclaircissement du testament de Raimond Lulle par lui-même, Bibliothèques des philosophes chymiques, t. IV, Paris, 1754) évidemment paru après sa mort. Des historiens des sciences, tel Hoffer, persuadés d'être éclairés, qualifient l'ensemble de l'oeuvre alchimique du maître majorquin d'obscure, d'inintéressante, au regard des écrits de son ami et maître Arnaud de Villeneuve. Ceci ne vaut heureusement pas pour le présent texte, qui constitue un sommet de la littérature alchimique. La partie de l'œuvre pseudo Lullienne traitant de l'alchimie est la plus importante, tant du point de vue de la quantité que de la renommée. On trouve dans les bibliothèques publiques quelques manuscrits anciens du testament de Lulle : le "Testamentum antiquum", parchemin du XVe s. conservé à la Bibl. de Bordeaux (ms.0530), "La théorique ou testamen de Raymond Luly sur tous autres alkimiens souverains et plus excellent", parchemin du XVe s. de la bibliothèque de Marquis de Paulmy, (Bibliothèque de l'Arsenal) "le testament de maistre raymon Lulle sur l'art et science de philosophie naturelle, début XVIe (BNF, manuscrit français MF 34467) et le Testament de Ramond Lulle, philosophe très savant et très fameux.... édition tirée des manuscrits et... corrigés... par les soins de sieur Rault de Rouen, 1663 (in-folio, manuscrit recopié en 1889 sur une copie de 1753 par Rémi Pierret). Le Dr Jacques-Émile Émerit (1897-1968) était l'un des plus grands hermétistes et alchimistes contemporains. Brillant médecin et astrologue, il fut l'élève de Soulié de Morant pour l'acupuncture et de Léon Vannier pour l'homéopathie. C'est le libraire et alchimiste Pierre Dujols (en qui certains ont cru reconnaître Fulcanelli) qui lui enseigna les fondements de l'hermétisme. Le Dr. Émerit publia plusieurs ouvrages, dont certains avec son ami le chimiste Henri Coton-Alvart (1894-1988), sur l'acupuncture, la zodiotechnie, la doctrine spagyrique de Paracelse, l'astrobiologie expérimentale, etc. Signalons enfin qu'un édition en fac-similé de cette traduction du Dr. Émerit a paru en 2006 aux éditions de La Hutte. ¶ cf. Didier Kahn Le testament du pseudo-Raymond Lulle, Beya édit. 2006.

 









TIPHAIGNE DE LA ROCHE (Ch. Fr.). Amilec ou la graine d'hommes. 1753

 

Une utopie alchimique

 

TIPHAIGNE DE LA ROCHE (Ch. Fr.). Amilec ou la graine d'hommes. Slnd, 1753, in 12, de IX-126pp., vignette en triangle au titre, demi-veau époque, dos orné, bon exemplaire.

1 500 €

Une des trois éditions à la date de l'originale. Rare "petit livre très curieux et si habillement fermé..." dont le titre singulier, selon l'alchimiste Fulcanelli, est "un assemblage de l'anagramme et du calembour... qu'il faut lire Alcmie ou la crème d'Aum. Les néophytes apprendront que c'est là un véritable traité d'alchimie, … que le point de science révélé par l'auteur se rapporte à l'extraction de l'esprit enclos dans la matière première, ou vierge philosophique, qui porte le même signe que la Vierge céleste; qu'enfin cette extraction doit se faire par un procédé analogue à celui qui permet de séparer la crème du lait, ce qu'enseignent d'ailleurs Basile Valentin, Tollius et Philalèthe … et le Liber Mutus... Tiphaigne de la Roche, à peu près inconnu, fut cependant l'un des plus savants adeptes du XVIII° siècle. Dans un autre traité intitulé Giphantie... il décrit parfaitement le procédé photographique..." ¶ Fulcanelli Demeures philosophales I. 108 - Pour Versins (Encyclop. utopie p.888) il est question dans ce traité "d'enseignements scientifiques sous couvert d'une fiction" - Soboul (Utopies n°27) y voit "un songe fantastique d'inspiration anti-matérialiste" - Hartig & Soboul, p. 54. Cette édition à 126pp. manque à la BNF, rare.

 



 

[DUCHANTEAU (Touzay)]. Le Grand Livre de la Nature, 1790

 

[DUCHANTEAU (Touzay)]. Le Grand Livre de la Nature, ou l'Apocalypse philosophique et hermétique, ouvrage curieux, dans lequel on traite de la philosophie occulte, de l'intelligence des hiéroglyphes des Anciens, de la Société des Frères de la Rose-Croix, de la transmutation des métaux & de la communication de l'homme avec des êtres supérieurs & intermédiaires entre lui et le grand architecte. Vu par une Société de Ph… Inc… & publié par D… depuis I, jusqu'à l'an 1790. Au Midi, et de l'imprimerie de la Vérité. [Slnd,], 1790, in 8°, de 115 pp., demi-basane blonde époque à coins, dos lisse à filets dorés, bel exemplaire (ex-libris L. Mérigot)

1 600 €

Très rare édition originale de cet ouvrage attribué à l'alchimiste illuminé Touzay Duchanteau par Oswald Wirth. Il y est question des mystères de l'initiation hermétique, du Grand Oeuvre, de la transmutation des métaux, des allégories sacrées, de la science des nombres, d'alchimie, d'astrologie hermétique, de la doctrine des frères de la Rose-Croix, des Martinistes, et on y trouve un lexique du langage des adeptes. ¶ Dujols cat. Librairie du Merveilleux 1910: "Cette oeuvre… contient le plus profond enseignement initiatique. C'est la clef de Paracelse, de Saint-Martin, de Van Helmont, et de tous les auteurs qui ont écrit sur la philosophie hermétique." - Caillet n°4704 - Dorbon n°1351 "Très rare" - Duveen p.182: "a curious allegorical account of initiation and transmutation" - Ferguson I/195 - Guaïta n°369: "Petit traité fort rare et des plus intéressants." - Fesch col.709

 

 


 


CAMBRAY-DIGNY (Louis Guillaume de). Description d'une machine à feu construite pour les salines de Castiglione, 1766

 

La première machine à vapeur construite en Italie, 1766

 

CAMBRAY-DIGNY (Louis Guillaume de). Description d'une machine à feu construite pour les salines de Castiglione, avec des détails sur les machines de cette espèce les plus connües, & sur quelques autres machines hydrauliques, suivi d'un mémoire sur la construction des salines & sur la qualité des sels &c. imprimé à Parme, par Philippe Carmignani, 1766, in 8°, de 3ff. 183pp. 1f. de table, ill. de 6 tableaux se dépl. et 10 planches gravées dépl., ornements sur bois in t., pl. veau blond glacé XIXe, dos orné, p. de t. rouge et verte, double encadrement doré sur les plats avec fleurons d'angle, dentelle int., tr. rouges. (Chipot). Bel exemplaire très frais et grand de marges.

2 800 €

Edition originale rare de ce traité important. C'est la description de la première machine à vapeur construite en Italie. Cambray-Digny, au service du Grand-Duc de Toscane, construisit sa machine d'après celle de Thomas Savery, pour pomper l'eau de la mer à Castiglione (Toscane) vers les salines situées au delà des dunes. Il ajouta diverses méthodes ingénieuses d'ouverture et de fermeture des soupapes de manière à rendre le mécanisme presque auto-régulateur. Ce livre est un récit très détaillé de la construction, y compris ses modifications de dernière minute. Les planches montrent des détails du moteur, et quatre d'entre elles montrent des moteurs construits par Bélidor, Musschenbroek, et une pompe anglaise sans nom. Le livre comprend en 2e partie un mémoire sur le sel et les salines (p.106 à 164) avec des tableaux sur les propriétés du sel, et en 3e partie un supplément daté du 10 May 1766. ¶ Sotheran n°6684 "rare".

 





 

DIDEROT (Denis). Lettre sur les sourds et muets, (et) Lettre sur les Aveugles, 1772

 

DIDEROT (Denis). Lettre sur les sourds et muets, à l'usage de ceux qui entendent & qui parlent. Avec des additions. - Suivi de :  Lettre sur les Aveugles, à l'usage de ceux qui voient. Amsterdam, 1772, in 12, de XII-372pp., ill. de 5 planches h.t. pour les sourds et 6 planches h.t. pour les aveugles, en 1 vol pl. maroquin rouge époque, dos lisse orné, encadrement d'un triple filet sur les plats, tr. dorées (ex-libris gravés successifs Alfred Cock of the Middle Temple et Elize Gulston)

1 600 €

De la série des oeuvres philosophiques parues avec l'adresse d'Amsterdam. Chaque volume se vendait séparément (cf. D. Adams p.I.p57). "Diderot... tend à montrer que nos idées morales dépendent de nos sens, ce qui entraîne un relativisme en métaphysique... Cela développe une problématique importante qui est la question du langage dans la recherche moderne" (M. Hobson). "Diderot imagine de faire parler par gestes un muet de convention qui sera « sans préjugé sur la manière de communiquer la pensée »…(il) entrevoit déjà ce qui va devenir l’enjeu de la Lettre, la question du passage des idées à la pensée, puis de la pensée au langage.... (il) explore ici les ressorts les plus intimes du langage, à la fois dans ce qui détermine la formulation et dans ce qui est ressenti, visualisé à la réception." (St. Lojkine Diderot. Univ. Toulouse 2006). Quant à la lettre sur les Aveugles, elle a pour effet d'incliner le lecteur au relativisme, La morale étant liée à la perception de chacun, elle n’est pas universelle. ¶ David Adams Biblio Diderot I.p.78 "assez correcte, imprimée à coup sûr à Paris, la présente édition fut certainement publiée avec l'autorisation du philosophe.... l'éditeur demeure inconnu..." - manque à Tchemerzine-Scheler.


 

 



BEAUMARCHAIS. La folle journée ou le mariage de Figaro, 1785

 

BEAUMARCHAIS. La folle journée ou le mariage de Figaro, comédie en cinq actes, en prose. Représentée pour la première fois par les Comédiens Français ordinaires du Roi, le mardi 27 avril 1784. Au Palais Royal, chez Ruault, 1785, in 8°, de 2ff-LVI-237pp., exemplaire avec la suite des 5 gravures h.t. de Claude Nicolas Malapeau d'après Jacques de Saint-Quentin avec la gorge de Rosine découverte à la pl. V (cf. Tchemerzine I. p.492), rel. demi-maroquin rouge fin XIXe, dos très orné dans le style 18e, t. dorée. Bel exemplaire à toutes marges sur papier vergé fort.

1 600 €

Edition originale conforme à la description de Tchemerzine (I p.491). Exemplaire du tout premier tirage avec la faute « trosieme » au titre courant de la page 109, et l'achevé d'imprimer du 28 février 1785. « La représentation du 27 avril 1784 fut une des plus mémorables de toute l’histoire du théâtre français : queues interminables dès le matin, dans lesquelles les duchesses côtoyaient les laquais, pour obtenir des billets ; salle comble, femmes étouffées dans la foule ; rien ne manqua, toute la cour et toute la ville était là. Le succès fut triomphal et la recette une des plus fortes qu’on ait connues au théâtre. La véritable raison de ce succès, c’est que le Mariage de Figaro marque le début du théâtre moderne » (Laffont-Bompiani). ¶ En Français dans le texte n°178: "Le Mariage de Figaro fut un des triomphes du siècle. Avec son chef-d'oeuvre, Beaumarchais a inventé une dramaturgie nouvelle…" - Printing and the mind of man n° 230: "his masterpiece". - Cordier, n°128 p.31. "les premiers exemplaires ont paru sans figures" - Cohen p.125.

 

 



[COUTAN]. Le Grand Oeuvre dévoilé en Faveur des personnes qui ont grand besoin d’argent par celui qui l’a fait. 1779

 

Le second exemplaire connu de cette édition

[COUTAN]. Le Grand Oeuvre dévoilé en Faveur des personnes qui ont grand besoin d’argent par celui qui l’a fait. à Paris, 1779, in 8°, de 63pp., petites vignettes sur bois in t., cart. d'attente crème d'époque, titre à la plume au dos, exemplaire à toutes marges, avec annotations modernes au stylo sur les ff. de garde in fine.

2 000 €

Rarissime traité alchimique dont un seul exemplaire est conservé dans les Bibliothèques Publiques (Kress Libr.). Ce serait donc le second exemplaire connu. Il est resté anonyme, mais par comparaison de texte nous pouvons affirmer pour la première fois qu'il s'agit d'une réimpression du "Grand Oeuvre dévoilé en faveur des enfans de la Lumière" attribué à Coutan, maître-boutonnier, paru en 1775. Contrairement à ce qu'affirme Caillet et Duveen il ne s'agit pas d'une satire contre l'alchimie, mais bien d'un traité hermétique pratique. Cela n'a pas échappé à François Trojani qui a signé la préface de la réédition moderne du texte de Coutan en déclarant : "Le Grand Oeuvre dévoilé est avant tout un livre d'alchimie, autrement dit un témoignage incontournable sur la transcendance des formes, écrit par un guerrier aguerri au feu du creuset..." ¶ cat. KVK et OCLC un seul ex. (Kress Libr.) cf. Goldsmiths'-Kress no. 11951.2 - Duveen (édit. de 1775) p.147 "...appears to be very rare" - Caillet (édit. de 1775) I. n°2672 "Satire assez originale ..." - Nourry cat. alchimie de 1927 n°137 (édit. de 1775) "Satire originale... ouvrage rarissime, inconnu de Hoefer et Ferguson" - Pour l'édit. de 1775 il y a 5 ex. au cat. CCFR (BNF, BIUM, Museum, Reims, Aix en Pce).

 



 

[CHILLIAT (Michel)]. Les Souffleurs, ou la Pierre philosophale d'Arlequin, 1695

 

[CHILLIAT (Michel)]. Les Souffleurs, ou la Pierre philosophale d'Arlequin, comédie nouvelle, comique & satirique. à Amsterdam, chez Adrian Braakman, 1695, in 16, de 128pp. & 2ff. de cat. éditeur, ill. d'un faux-titre et de 3 planches gravées h.t. dont un cabinet d'alchimiste, cart. papier marbré fin XIXe, titre en long au dos, restauration angulaire p.27/28 sinon bon exemplaire.

450 €

Rare comédie consacrée aux alchimistes, qualifiés par dérision de "souffleurs". Elle a paru tout d'abord à Paris en 1694 (sans illustrations), elle était destinée au théâtre italien, et est attribuée par P. Lacroix et A. Barbier à l'Imprimeur-libraire de Lyon, Michel Chilliat, qui s'est ensuite établi à Paris vers 1695, puis est mort en 1698. A l'acte II. p.69 figure une liste fantaisiste de pseudo-traités d'alchimie. In fine intervient un chevalier de le Rose-Croix aux pouvoirs illimités. On y retrouve les principaux personnages de la comédie italienne : Arlequin, Mezzetin, Pierrot, Colombine, le docteur, Isabelle, etc. ¶ Cat. Bibl. Soleinne II. n°1570 "pièce rare et curieuse ... on appelait par dérision souffleurs les alchimistes"

 




 

(VARENNES, Claude de) et Gilbert Saulnier DU VERDIER. Le voyage de France, 1687

 

(VARENNES, Claude de) et Gilbert Saulnier DU VERDIER. Le voyage de France, dressé pour la commodité des François & Estrangers. Avec une description des chemins pour aller & venir par tout le monde, très-nécessaire aux voyageurs. Et un Mémoire des reliques qui sont dans le trésor de Saint Denys en France. Corrigée & augmentée de nouveau par le sieur D.V. {Du Verdier} historiographe... Paris, chez Nicolas le Gras, 1687, in 12, de 2ff. 368pp. & paginé de 241 à 266 pour le supplément (Mémoire et Remarques), pl. veau brun époque, dos orné, qq. rares mouillures claires. Bon exemplaire.

 

Dernière édition rare du "Voyage de France" de Claude de Varennes paru en 1639, et ici éditée et augmentée par du Verdier. Ce guide se présente sous la forme d’un récit de voyage. On y découvre la France du XVIIe siècle : territoire, géographie, histoire, administration, ports, rivières, fleuves, forêts, climat, productions agricoles, caractères des français, organisation sociale, histoire des rois et de la maison royale, langue française, villes, finances du royaume, monnaies, parlements, religions avec un intéressant passage sur les protestants… Les chemins de France les plus empruntés, y compris la Savoie, la Lorraine, Genève et Berne, mais aussi vers l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne. Les dernières pages contiennent un "Mémoire des reliques qui sont dedans le thrésor de S. Denys", l'Antiquité de la Ste Chapelle, et les remarques sur les changemens arrivez en ce Royaume...". ¶ Fordham, Les Routes de France, p. 24 & 51. - cat. CCFR seulement 2ex. de cette édition (Orléans et Beaune).

 

750 €



 

 

 

LA BELLIERE (Claude de). La Physionomie raisonnée, 1664

 

LA BELLIERE (Claude de). La Physionomie raisonnée, ou Secret curieux pour connoître les inclinations de châcun par les règles naturelles, Composée par M. C. de La Bellière Sieur de la Niolle. Paris, Edme Couterot, 1664, in 16, de 12ff. 235pp. & 25ff. 1f. blanc, pl. veau marbré époque, dos orné, (ex-libris Bibl. de Mr. de Daron)

650 €

Édition originale rare. On sait peu de choses de Claude de La Bellière, qui plus d'un siècle et demi avant Lavater exposa le premier les règles de la "physionomie" en vingt-neuf questions afin de reconnaître le tempérament, l'esprit, la mémoire, le courage, la libéralité, l'avarice, l'inconstance, la modestie, la gourmandise, la malice, etc.... une table des chapitres et un index des différents caractères et leurs marques physiques complètent ce singulier traité. ¶ Caillet II.5874 "curieux et rare..." - Dorbon 2411 (2e édition) - cat. S. de Guaita n°641.

 



 

MIRABEAU (H. Gabr. Riquetti, Cte de). Observations d'un voyageur anglais sur la Maison de la Force appelée Bicêtre, 1788

 

MIRABEAU (Honoré Gabr. Riquetti, Comte de). Observations d'un voyageur anglais sur la Maison de la Force appelée Bicêtre, suivies de réflexions sur les effets de la sévérité des peines, et sur la législation criminelle de la Grande-Bretagne… Avec une lettre de M. Benjamin Franklin. Slnd, (Paris), 1788, in 8°, de VII-1f. 128pp., broché couv. beige lég. poussièreuse, titre à la plume au 1er plat, à toutes marges et non coupé, tel que paru.

950 €

Edition originale de ce très rare et violent pamphlet de Mirabeau. “Je savais, comme tout le monde, que Bicêtre était à la fois un hôpital et une prison; mais j'ignorais que l'hôpital eut été construit pour engendrer des maladies et la prison pour enfanter des crimes.” Mirabeau dénonce de manière vive le système pénitentiaire français et conseille au corps judiciaire de se tourner vers l'Angleterre pour trouver des solutions : " en Angleterre, il n'y a qu'à corriger au lieu que chez nous tout est à refaire... Nous vivons au milieu d'une foule d'oppressions et de misères qui nous laissent à peu près indifférents..." ¶ Tourneux III/15251 - Einaudi n°3937

 

 



[PRÉCHAC (Jean de)]. La noble Vénitienne, ou la Bassette histoire galante. 1679

 

[PRÉCHAC (Jean de)]. La noble Vénitienne, ou la Bassette histoire galante. Suivant la Copie de Paris, Chez Claude Barbin,. [Hollande,], 1679, pet. in 12, de 7ff. 127pp. avec la clef ou explication de la nouvelle in fine, pl. maroquin rouge XIXe, double encadrement de filet à froid sur les plats, frappé au centre aux armes de Pierre-Adolphe du Cambout, marquis de Coislin (1805-1873) n°296 du catalogue de vente de sa bibliothèque (29 nov. 1847). Il a ensuite appartenu au Comte Henri Huchet de La Bédoyère (1782-1861), l'un des plus célèbres bibliophiles du XIXe siècle, avec son ex-libris armorié. Bel exemplaire à toutes marges et belle provenance. (Duru, 1847).

1 400 €

Réimpression hollandaise listée par Willems. L'originale a paru à Paris en 1676. Il s'agit d'une nouvelle décrivant la bassette, jeu de cartes à mise pécuniaire originaire d'Italie qui aurait été introduit en France vers 1675 par Giulo Giustinian, ambassadeur de la République de Venise. Ce jeu d'argent à haut risque, en vogue dans la haute société, fut interdit par Louis XIV dès 1680, puis à nouveau en 1691. ¶ Willems les Ezevier n°1933 - cat CCFR 1 seul exemplaire de cette édition hollandaise (Univ. de Tours)

 



 

FURETIÈRE (Antoine). Le voyage de Mercure, 1653

 

FURETIÈRE (Antoine). Le voyage de Mercure, satyre. Paris, chez Louis Chamhoudry, 1653, pet. in 4°, de 5ff. 125pp. 1f. d'errata, pl. maroquin bordeaux début XXe, double filet dorés sur les coupes, tr. dorées(Krippel). Bel exemplaire (ex-libris Jean Tannery 1878-1939, gouverneur de la Banque de France)

1 200 €

Edition originale rare de cette satire en vers. C'est un joyau de la littérature facétieuse du Grand Siècle. Contraint par la guerre des dieux avec les géants de descendre parmi les hommes, Mercure doit prendre profession parmi ceux-ci. Sa traversée de la société contemporaine autorise Furetière à faire de lui le truchement d'un répertoire satirique d'emplois et de métiers du temps, du berger au marchand, du pédant au médecin, du poète au maquereau. Ces tribulations le projettent dans des situations loufoques propices à mettre en scène le ridicule de ces professions. ¶ Tchemerzine-Scheler III.392

 



 

[SENDIVOGIUS (Michel)]. Traitez du Cosmopolite, 1691

 

[SENDIVOGIUS (Michel)]. Traitez du Cosmopolite, Nouvellement découverts. Où après avoir donné une idée d'une Société de Philosophes, on explique dans plusieurs lettres de cet autheur la théorie et la pratique des véritez hermétiques. P., L. d'Houry, 1691, in 12, de 238pp., une figure à mi-page, pl. veau brun époque, dos orné, coiffe sup. anciennement restaurée sinon bon exemplaire.

2 000 €

Très rare traité d'alchimie du célèbre alchimiste polonais disciple de l'écossais A. Sethon. La première partie contient les Statuts et règles de la société cabalistique des Philosophes Inconnus (avec reproduction du sceau). La seconde partie contient les Lettres de Michel Sendivogius ou de J.J.D.I. c'est à dire Jean Joachim Destingel d'Ingrofont, communément appelé Cosmopolite, sur la théorie et la pratique de la pierre philosophale. ¶ Guaïta n°972 "très rare" - Duveen p.545 - Caillet n°10131 - Dorbon n°4552

 




 

[BRILLAT-SAVARIN]. Physiologie du goût, 1864

 

[BRILLAT-SAVARIN]. Physiologie du goût, Précédée d’une notice biographique par Alph. Karr. Dessins de Bertall. Paris, Furne & Cie, 1864, gd in 8°, de 3ff. 459pp., ill. de nbr. figures sur bois in t. et de 7 planches h.t. de Bertall gravées par Geoffroy et tirées sur chine appliqué, demi-chagrin vert éditeur, dos orné, plats toile, tr. dorées, bel exemplaire. (ex-libris J. & H. Bon)

600 €

Réimpression de l’édition illustrée par Bertall publiée en 1848 par Gonet. L'épicurien Brillat-Savarin voulait faire de l'art culinaire une véritable science. L'intérêt de ce classique réside dans la légèreté avec laquelle les questions culinaires sont présentées à la fois fort savamment et avec une ironie constante qui aère l'ouvrage. L'auteur passe tour à tour du facétieux à la description précise et évocatrice, en passant par l'aphorisme singulier. Le livre connut un succès immédiat, suscita l'enthousiasme de Balzac mais aussi la jalousie de certains comme Carême et le mépris de Baudelaire. ¶ Vicaire gastronomie p.119 - Vicaire ill. XIXe I. p.928 "c'est non pas une simple réimpression, mais une édition différente de celle de 1848 et imprimée sur plus beau papier".