... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares, curieux et précieux ... ...

KEMPELEN (Baron Wolfgang von). Le mécanisme de la parole, 1791

 La machine parlante de Kempelen

KEMPELEN (Baron Wolfgang von). Le mécanisme de la parole, suivi de la description d'une machine parlante et enrichie de XXVII planchesà Vienne, chez B. Bauer & se trouve chez J. V. Degen, 1791, in 8°, de XII-464pp. 2ff. , ill. d'un portrait et 26 planches gravées h. t., demi-veau époque, dos lisse orné, p. de t. rouge, coiffe sup. très lég. usée, bel exemplaire.

7 500 €

Edition originale en français parue à Vienne en même temps que la version allemande. La version française est plus rare. L’ouvrage est divisé en 5 parties « De la parole ou du langage », « Pensées sur l’origine des langues », « Des organes de la parole », « De l’Alphabet » et « De la machine parlante ». Pour Kempelen, déjà célèbre pour son automate joueur d'échec, il s’agissait avant tout de créer une machine parlante, et par cette machine d’imiter le plus parfaitement possible la voix humaine. Ainsi pour parvenir à penser sa machine : «il étoit avant tout nécessaire de connoître parfaitement ce que je voulois imiter. Je dus formellement étudier la parole, & toujours consulter la nature en suivant mes expériences. C’est ainsi que ma machine parlante & ma théorie de la parole ont fait des progrès égaux, & que l’une à servi de guide à l’autre ». Kempelen classe donc tous les sons, ceux des langues européennes en tout cas, en fonction des mouvements des organes qui permettent de les produire, de façon à parvenir à des principes immuables, et de développer le « tissu de la parole ». Il procède alors à l’élaboration technique de la machine et à la transposition des organes dans un appareillage finalement assez simple : « Je me dis donc, pour une machine parlante on n’a besoin, que de poumons, d’une glotte & d’une bouche. Je possédois les poumons dans mon soufflet, la glotte dans ma flûte de roseau, & la bouche dans la pièce en forme d’entonnoir du hautbois ». L’invention de Kempelen est finalement achevée en 1778. Elle est constituée d’une caisse de résonance agrémentée de soufflets faisant office de poumons, d’une anche d’ivoire remplaçant la glotte, d’une bouche de caoutchouc, de deux tuyaux figurant des narines et de leviers et sifflets pour moduler différentes consonnes. Ses contemporains se ruèrent pour voir la mystérieuse machine. Goethe écrit, en 1797 à ce propos « Elle n’est, à vrai dire, pas très loquace, mais prononce certains mots enfantins très gentiment ». W. Grimm explique que « la machine répondait déjà clairement à plusieurs questions : la voix en était agréable et douce..» . La machine parlante de Kempelen est aujourd’hui conservée au Deutsches Museum de Munich. Cette machine influença aussi Graham Bell qui avec son frère fabriqua une tête parlante sur les principes de Kempelen. ¶ cf. Alexis Tadié Des machines et des hommes, le roman du XVIIIe siècle et la question de l’imitation. Sillages critiques 2012. - Honeyman coll. V. n°1779 (édit. allemande) - Poggendoff I. p.1242 - Chapuis & Droz les automates p.330 - Chapuis & Gélis le monde des automates II. p.207.







VIGENERE (Blaise de). Traicté du feu et du sel, 1622


VIGENERE (Blaise de). Traicté du feu et du sel, excellent et rare opuscule du Sieur Blaise de Vigenère, Bourbonnois, trouvé parmy ses papiers après son décès. Paris, Claude Cramoisy, 1622, in 4°, de 2 ff-267 pp., vignette gravée au titre, pl. vélin souple époque, qq. ff. très lég. brunis et qq. annotations d'époque en marge sinon bel exemplaire.

4 500 €

Très rare remise en vente de l'édition originale de 1618, avec titre renouvelé. Ce curieux traité d'alchimie et de kabbale, relate un grand nombre d'expériences, et donne aussi la manière de fabriquer de l'or. Rappelons que l'on doit à Blaise de Vigenère la découverte de l'acide benzoïque qu'il nomme dans son traité "huile de benjoin". ¶ Dorbon 5131 (édit. de 1618) "Ce traité qui relate un nombre considérable d'expériences, est en outre un commentaire des textes des philosophes anciens et principalement du Zohar" - Caillet 11161 (ne signale pas l'édit. de 1622) "traité recherché" - Guaïta 1059 (édit. de 1618) - Manque à Duveen.





JEU des ROYS de FRANCE.. par Jean Desmarests de Saint Sorlin, 1690

 Jeu de cartes rarissime complet avec le livret explicatif

JEU des ROYS de FRANCE, pour apprendre leur histoire etc... [par Jean Desmarests de Saint Sorlin]à Amsterdam, Chez Pierre Mortier, (v.1690), ensemble d'un livret in 24, et 52 cartes à jouer gravées de portraits des Rois de France avec légende à mi-page, d’après les gravures de Stefano della Bella (1610-1664) imprimées sur papier et contrecollées sur carton, (format 8,5 x 5,4 cm), le livret contient 12ff. d'avertissement 66pp. explicatives, et 1f. de cat. éditeur, broché, couverture gravée aux deux plats, dos avec manques de papier et qq. rousseurs, le tout dans une boite moderne papier marbré beige.

4 500 €

Rarissime ensemble contenant à la fois le jeu historique de 52 cartes, mais aussi le livret explicatif absent de la plupart des collections. Dans ce jeu pédagogique chaque carte, outre le portrait d’un roi, contient un court paragraphe décrivant ses qualités. Le roi de cœur est le jeune Louis XIV, né en 1638. Ces cartes ont été dessinées par Stefano della Bella, graveur et imprimeur florentin qui vécut plusieurs années à Paris jusqu’en 1650. C’est le Cardinal Mazarin qui, pour l’éducation du jeune roi Louis XIV, commanda à l’auteur et académicien Jean Desmarests de Saint Sorlin en 1644 une série de quatre jeu de cartes pédagogiques : le jeu des Reynes Renommées, le jeu des Fables, le jeu de géographie, et le jeu des Rois de France. Il chargea le libraire Henry Le Gras de les imprimer. Celui-ci donna par la suite l’ensemble à son beau-frère Florentin Lambert qui les republia en 1664. Après sa mort, les planches furent acquises par Florent Le Comte qui republia en 1698 en un seul volume sous forme de planches les quatre jeux sous le titre : Jeux historiques des rois de France, reines renommées, géographie et métamorphose. (British Museum ref. 1871.0513.587). Cette édition de Pierre Mortier, installé à Amsterdam en 1685 et décédé en 1711, n’est recensée que par le British Museum (ref. 1896,0501.651). Le livret contient les règles du jeu, ainsi qu’un résumé de l’histoire de chacun des Rois. A la fin se trouve le catalogue de tous les jeux qui se vendent chez Pierre Mortier. ¶ « L’académicien Jean Desmarets de Saint-Sorlin et le graveur florentin Stefano Della Bella réalisent à la demande de Mazarin, en 1644 et 1645, les premiers jeux de cartes pédagogiques français pour enseigner l’histoire, la géographie et les fables au jeune Louis XIV. Nous connaissons ainsi les cartes des rois de France, le Jeu des Reines renommées, Jeu des fables et le Jeu de la géographie, tous dédiés à Anne d’Autriche et dont l’auteur veut déguiser en forme de jeux les sciences» (BNF, catalogue Les Jeux Pédagogiques par Thierry Depaulis et Michel Manson) - Un exemplaire bien complet est décrit dans "Catalogue of the collection of playing cards ... by Lady Ch. Schreiber, compiled by F. O'Donoghue, British Museum 1910, n°110 (sans date) - La Beinecke Libr. Yale Univ. décrit un exemplaire Mortier en 18 planches sans le livret, mais la date estimée de 1660 est erronée puisque Mortier est né en 1661. - Un seul exemplaire complet dans les Bibliothèques Publiques Européennes (British Libr.); La BNF possède un exemplaire des cartes en planches de l'édit. Le Gras 1644 mais sans livret, un exemplaire du livret seul de l'édit. d'Amsterdam Mortier (v.1690) in 24 de 11ff. 66pp., et un exemplaire des cartes en planches de l’édition de Florent Le Comte 1698; ce dernier se trouvant aussi à le Bibl. Mazarine.