... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares, curieux et précieux ... ...

[STARKEY (Georges)] et Jean LE PELLETIER. La pyrotecnie de Starkey, 1706

 

[STARKEY (Georges)] et Jean LE PELLETIER. La pyrotecnie de Starkey, ou l'art de volatiliser les alcalis, selon les préceptes de Vanhelmont, & la préparation des remèdes succedanées, ou approchans de ceux que l'on peut préparer par l'Alkaest, par le Sieur Jean le Pelletier de Rouen. à Rouen, chez Guillaume Behourt, se vend à Paris, chez L. d'Houry, 1706, in 12, de 1f. 200pp. 1f., pl. veau brun époque, dos orné, qq. soulignures et annotations anciennes. Très bon exemplaire.

2 400 €

Rare traduction du traité de Georges Starkey, alchimiste américain disciple de Thomas Vaughan, dans lequel il développe les principes de Paracelse et Van Helmont sur l'Alkaest ou dissolvant universel propre à la réalisation de la Pierre Philosophale. Starkey né aux Bermudes, fit ses études à Harvard, et s'installa à Boston, puis vint s'établir à Londres comme médecin. Disciple et ami de Robert Boyle, il était aussi un correspondant du cercle de Samuel Hartlib. Il abandonna ses patients en 1651 en quête des "secrets" de l'alchimie, qui comprenait la production de produits pharmaceutiques et la transmutation de substances métalliques. Par exemple, le "mercure sophique" de Starkey était un amalgame d'antimoine, d'argent et de mercure, censé dissoudre l'or en un mélange qui, une fois chauffé, produisait la mythique pierre philosophale. Victime de son propre succès, entraîné dans une variété de projets divers allant de la fabrication de parfums et de produits pharmaceutiques à la production de "mercures sophiques", il courut à un endettement certain, poursuivi par ses créditeurs et finit en prison, par deux fois. Il est l'un des promoteurs de la Society of Chymical Physicians (Société des Médecins Chymistes) en 1665. Il meurt la même année de la peste qu'il a contracté en soignant des malades selon la méthode de Van Helmont.  ¶ Pas dans Duveen (édit. Anglais uniquement) - Ferguson II.401 - Pas dans Caillet.- Pas dans la Biblioth. S. de Guaita.



ESTIENNE (Henri). L'introduction au traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes, Montbélard 1607

 

Rare impression de Montbéliard

ESTIENNE (Henri). L'introduction au traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes, Traité préparatif à l'Apologie pour Herodote. L'argument est pris de l'Apologie pour Hérodote, composée en Latin par Henri Estienne, & est ici continué par luy mesme. à Montbéliard, par Jacques Foillet, Sur les Hasles, 1607, in 12, de 16ff. 546pp. & 15ff. de table, pl. maroquin rouge XIXe, encadr. d'un double filet à froid, dentelle int., tr. dorées, (Capé rel.). Bel exemplaire portant les ex-libris gravés successifs des bibliothèques B. Jouvin, du Dr. Antoine Danyau, et d'Edm. Couleru.

1 800 €

Rare édition montbéliardaise établie par Jacques Foillet, qui introduisit la typographie à Montbéliard en 1586. Célèbre ouvrage condamné aussi bien par les catholiques que par les Huguenots. Henri Estienne épingle ici les monstruosités et bizarreries de son siècle qu'il compare aux merveilles des récits d'Hérodote. Ce tableau vivant de la société du XVI° siècle, véritable puit de science anecdotique, est brossé en termes peu retenus, et les débordements, anecdotes, histoires scandaleuses et traits satiriques dirigés contre la société et surtout contre le clergé excitèrent vivement la curiosité publique. C'est un réquisitoire contre toutes les formes d'abus et de tromperie. ¶ Renouard I, 127 "L'ouvrage constitue l'écrit en français le plus connu d'Estienne, un monument de la prose française et du genre satirique. Sous prétexte d'une défense d'Hérodote, le livre est une attaque violente du catholicisme romain et une satire de la société du XVIe siècle" - Caillet n°3692 - Brunet II,1077 - Deschamps, Dict. géographie, 874  "Cette ville (Montbéliard) fut lors des guerres de la Réforme, un des plus vastes ateliers de la typographie protestante ; ce fut à la suite du célèbre colloque qui eut lieu entre Théodore de Bèze, le prince de Wurtemberg,... Les Actes de ce colloque furent publiés en 1588 ; ils étaient imprimés par un typographe qui depuis acquit une juste célébrité : c'était Jacques Foillet (ou Foyllet), natif de Tarare ville du Lyonnais, et frère d'un imprimeur de Paris, nommé Robert ; de 1587 à 1618, on pourrait citer une immense quantité de livres de polémique religieuse, de sciences et de belles-lettres sortis de cette importante officine..." 



MERIMEE (Prosper). Colomba. 1841

 

Avec un billet autographe de Mérimée

MERIMEE (Prosper). Colomba. Paris, Magen et Comon, 1841, in 8°, de 2ff.463 pp., demi-maroquin brun à grain long à coins, rel. postérieure, dos orné de motifs romantiques, filets sur les plats, tête dorée, couv. et dos conservés (qq. petites restaurations à la couverture), (Charles Lanoë rel.). bel exemplaire grand de marges. - On y joint un billet autographe de Mérimée "à mon cher Monnier... Voici la pièce qui j'espère ne sera pas interceptée et le numéro de la Reveu dont je vous ai parlé...." daté du 12 sept. (1page in 12). Désiré Monnier (1788-1867) historien, archéologue et folkloriste franc-comtois eut de nombreux échanges épistolaires avec Pr. Mérimée.

2 800 €

Précieuse édition originale, exemplaire à grandes marges du plus célèbre livre de Prosper Mérimée. Outre Colomba, le volume contient deux autres nouvelles: La Vénus d'Ille et Les âmes du Purgatoire. Notre exemplaire comprend la rarissime couverture bleue indiquée par Carteret. Rare. ¶ Carteret II, p.144 " il a été tiré des couvertures de tons variés, principalement beige foncé et bleu..." - Vicaire V, p.719 - Escoffier n°1468 - Clouzot p.115 "recherchée".




HUET (P. D.). Traitté de la situation du Paradis Terrestre. 1691

 

Le Paradis terrestre en Irak!

HUET (P. D.). Traitté de la situation du Paradis Terrestre. P., J. Anisson, 1691, in 12, de 10 ff-240 pp-10 ff., ill. d'un front. gravé représentant le Delta d'Euphrate et d'une carte se dépl. du Golfe Persique (qui ne figure pas dans tous les exemplaires), pl. veau blond époque, dos orné, bel exemplaire bien complet de la carte. (tampon ex-libris bibliothèque de Talhouët, cabinet de Lambardais)

1 000 €

Edition originale. L'auteur, fondateur de l'Académie des Sciences de Caen et l'un des hommes les plus savants de son temps, situe le Paradis Terrestre sur le bord du fleuve formé par la réunion du Tigre et de l'Euphrate, autrement dit le Chatt Al Arab. Mais alors mille sabords, dans ces conditions, la guerre du Golfe ne serait-elle pas tout simplement la reconquête du Paradis Perdu ? … Rare. ¶ Brunet III.361 - Manque à Caillet, et Dorbon ne proposait qu'une édition postérieure.




ROUSSEAU (J. J.). À Mr. D'Alembert... sur son Article Genève, ... sur le projet d'établir un Théâtre..., 1758

 

ROUSSEAU (J. J.). À Mr. D'Alembert... sur son Article Genève, Dans le VIIe volume de l'Encyclopédie, et particulièrement, sur le projet d'établir un Théâtre de comédie en cette Ville. Amsterdam, chez Marc Michel Rey, 1758, in 8°, de XVIII-264pp. 4ff., pl. veau marbré époque, dos lisse orné, tr. rouges, qq. rares rousseurs aux 1ers ff., (ex-libris gravé château de Chatillon)

1 200 €

Édition originale de la réponse de Rousseau à l'article "Genève" de l'Encyclopédie, dans lequel d'Alembert, inspiré par Voltaire, demandait l'établissement d'un théâtre à Genève où, depuis Calvin, les représentations théâtrales étaient interdites. Rousseau donne ici son point de vue sur le théâtre. Selon lui, la tragédie est condamnable, parce qu'elle excite les passions, et la comédie parce qu'elle ridiculise la vertu. De plus les comédiens, dont les moeurs sont dépravées, offrent un exemple déplorable aux honnêtes citoyens. Il s'oppose donc encore une fois à Voltaire lui-même comme auteur dramatique, et à Diderot qui a élaboré le drame bourgeois. Sa critique principale porte sur le Misanthrope de Molière, où la vertu est ridiculisée aux yeux du public mondain. On ne peut s'empêcher de penser à Rousseau, si mal à l'aise dans les salons et si maladroit dans les conversations mondaines. ¶ Dufour n°77 (collation erronée) - Tchemerzine-Scheler V, 535 - Gagnebin V, p. 1812 

 

 




DUCLOS (Ch. Pinot). Acajou et Zirphile, 1744, figures de Fr. Boucher

 

Les célèbres gravures de François Boucher

DUCLOS (Ch. Pinot). Acajou et Zirphile, conte. à Minutie, 1744, in 4°, de 4ff. 83pp., ill. de 10 belles planches du peintre François Boucher gravées par Pierre-Quentin Chedel h.t., et 2 vignettes de Cochin et un cul-de-lampe par Duflos in t., pl. veau raciné lég. postérieur, dos lisse orné, large encadrement de dentelle dorée sur les plats, tr. dorées, bel exemplaire (ex-libris Jean Hersent)

1 700 €

Edition originale au format in 4°, de ce charmant conte de fées satirique qui connut un très vif succès. Duclos a écrit ce conte à la suite d'un pari lancé pour fournir un récit autour des gravures de Boucher faite pour le Comte de Tessin, qui soudainement rappelé en Suède, n'avait pu mener à bien le projet initial. Du résultat de ce pari, auquel Caylus et Voisenon participèrent, seule la version de Duclos a survécu.  De fait ce texte reste le premier exemple d'un récit commandé pour accompagner un ensemble de gravures.¶ Cohen 331. 

 

 





BERNARDIN DE SAINT-PIERRE (J. H.). Paul et Virginie, 1789

 

En maroquin avec les figures

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE (J. H.). Paul et Virginie, avec figures. à Paris, de l'Imprimerie de Monsieur, 1789, in 16, de XXXV-243pp., ill. de 4 figures gravées h. t. dont 3 par Moreau le jeune et une par J. Vernet, pl. maroquin rouge époque à grain long, dos lisse orné, dentelle dorée sur les plats, tr. dorées, rousseurs et petite mouillure claire en marge. Exemplaire sur papier vélin d'Essonne avec les figures, et relié en maroquin. (v1).

850 €

Première édition séparée, finement imprimée par P. Fr. Didot jeune. Le texte avait d'abord paru en 1788 à la fin des études de la Nature. " J'ai fait faire, sans souscription, cette édition in-18 en faveur des dames qui désirent mettre mes ouvrages dans leur poche" (préface). On trouve des exemplaires sur différents papiers, avec et sans figures. " sur papier vélin avec figures 6 livres, sans figures papier commun 1 livre 10 sols ". Les exemplaires avec figures sont beaucoup plus rares. ¶ Le Petit 571 - Gumuchian 5045-8 - Cohen p.931 "Première édition de ce roman célèbre détaché des Etudes de la Nature. Elle est très recherchée en papier vélin...."




MERIMEE (Prosper). La Jacquerie, imprimerie de Balzac, 1818

 

Edition originale imprimée par Balzac

MERIMEE (Prosper). La Jacquerie, scènes féodales, suivies de la Famille de Carjaval, drame. Par l'auteur du théâtre de Clara Gazul. Paris, Brissot-Thivars (impr. de H. Balzac), 1828, in 8°, de 4ff. 422pp. 1f., demi-veau à coins saumon moderne genre romantique, dos orné, p. de t. noire, t. dorée, (Lavaux). dos très lég. passé sinon bel exemplaire à toutes marges. (24).

700 €

Edition originale imprimée par Balzac. "C'est peut-être le seul ouvrage romantique important, non illustré, sortant de l'imprimerie de Balzac, avec le "Cinq-Mars" de Vigny, selon Carteret. La Jacquerie a pour sujet la révolte paysanne de 1358, à l'époque de la guerre de Cent Ans. Mérimée a alors 25 ans et est un adepte d'une sorte de "réalisme romantique", plus proche de Stendhal que de l'emphase de Victor Hugo. Cette pièce n'est pas l'histoire des soulèvements paysans d'alors mais elle en restitue l'esprit et surtout les enjeux sociaux. ¶ Escoffier n°700 - Carteret II. p.136 - Vicaire V. p.705.



CHOISEUL (Duc de). Réglemens généraux de l'Ecole Royale Militaire... 1765

 

En maroquin rouge

[ECOLE ROYALE MILITAIRE 1765] - CHOISEUL (Duc de). Réglemens généraux arrêtés par Monseigneur le Duc de Choiseul, Ministre et Secrétaire d'Etat de la Guerre, Surintendant de l'Hôtel de l'Ecole Royale Militaire concernant les Officiers de l'Etat-major, les Inspecteurs des Elèves, les Professeurs et Maîtres et les Elèves du dit hôtel, - Suivi de: Instructions pour les Inspecteurs des Elèves de l'Ecole Royale Militaire. - Suivi de: Règlement général pour les Professeurs et Maîtres... puis pour les Elèves de l'Ecole Royale Militaire. Paris, Imprimerie Royale, 1765, 4 parties in 12, de 30, 19, 16 et 86pp., pl. maroquin rouge époque, dos lisse orné, triple filet doré sur les plats avec fleurons d'angle, dentelle int., tr. dorées, avec blason colorié sur 3 pages de titre, bel exemplaire.

750 €

Choiseul alors secrétaire d’État de la Guerre avait, dès 1761, lancé un train de réformes sur le recrutement des troupes. L'École royale militaire fondée en 1751 par Louis XV accueillait principalement les fils de la noblesse pauvre. La garde de l'école était confiée à une compagnie de 50 invalides. Les travaux avancèrent si lentement qu'en 1754 seuls les bâtiments de service étaient commencés. Finalement, en 1760, le Roi décida que l'institution serait répartie entre l'École militaire de Paris et le Collège Royal de la Flèche. L'ordonnance du 27 décembre 1760 vise à faire de l’administration civile du royaume la principale organisatrice du recrutement des armées du Roi, et elle institutionnalise le projet de recrues provinciales. L'ordonnance du 1er février 1763 établissait 31 régiments de recrues d'un bataillon en résidence dans chacune des capitales de province et un régiment de 2 bataillons à Saint-Denis. La durée de l'engagement était fixée à 8 ans.« L'armée gagnait à la réforme de Choiseul de devenir partie intégrante de la nation, tandis qu'autrefois elle était uniquement l'instrument de la volonté du roi ». Peu commun. ¶ cat. CCFR 2ex. Seulement (Troyes Paris Inst. Sup. Pédago.) et 2ex. de l'édition de 1769 (Lyon Bibl. Diderot, Paris Inst. Catho.)