... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares, curieux et précieux ... ...

NIEUHOFF (Jean). L'Ambassade de la Compagnie orientale des Provinces Unies vers l'empereur de la Chine 1665

La première ambassade hollandaise en Chine (1655-1657)
NIEUHOFF (Jean). L'Ambassade de la Compagnie orientale des Provinces Unies vers l'empereur de la Chine, ou grand Cam de Tartarie, faite par les Srs Pierre de Goyer, & Jacob de Keyser Leyde, Jacob de Meurs, 1665, 2 parties en 1 vol. in folio, de 8ff. 290pp. & 1f. 134pp. & 1f. pour le placement des gravures, ill. de superbe gravures en taille-douce, en partie d'après les dessins de Nieuhoff, comprenant un frontispice représentant des mendiants devant l'Empereur de Chine, un fleuron au titre, un portrait de Jean-Baptiste Colbert, 34  planches à double page, environ 110 figures gravées en tête du texte, et une belle carte dépliante, exemplaire est bien complet du dernier feuillet explicatif pour le placement des planches, pl. veau marbré genre XVIIe siècle, dos orné, qq. mouillures claires en marge de qq. ff. sinon bel exemplaire dans une fine reliure pastiche de qualité.  

Première édition française de cet ouvrage rare, relatant la première ambassade hollandaise en Chine (1655-1657). La traduction est de Jean Le Carpentier. Divisé en deux parties, l'ouvrage renferme le déroulement de la délégation et une description générale de l'empire de Chine. L'auteur dresse un état précis du gouvernement, de la religion, des sciences et des arts, de l'histoire naturelle du pays, et in fine il livre le récit des dernières guerres entreprises contre les Tartares. On y trouve de nombreuses vues de villes : Macao, Pékin, Djakarta, Nankin, Hongkong. Le voyageur allemand Johann Nieuhoff, né en 1618, entre dans la Compagnie Orientale des Provinces-Unies, qui l'envoie à Batavia en 1654 au moment où les hollandais souhaitaient accéder aux ports chinois, puis il est désigné pour accompagner l'ambassade dirigée par Pieter van Goyer et Jacob de Keyser auprès de l'empereur de Chine. Il meurt à Madagascar en 1672. Camille Imbault-Huart (1895) "Jean Nieuhoff ... d'abord premier intendant ... devint plus tard directeur de l'établissement hollandais à Ceylan. Il était loin d'être un esprit ordinaire : le récit qu'il a donné des faits et gestes de l'ambassade, la description qu'il a faite des provinces que celle-ci a traversées, de Canton à Péking et vice-versa, les détails qu'il a recueillis sur les mœurs, coutumes et industries des Chinois, tout montre jusqu'à l'évidence qu'il était un narrateur fidèle, un observateur fin et sagace doublé d'un lettré. Il avait en outre un certain talent de dessinateur, et les vues qu'il a prises et publiées sont en général exactes..." ¶ Chadenat, n° 140. - Cordier, Sinica, 2345
4.500 





HELMAN (Isidore Stanislas Henri). Abrégé historique des principaux traits de la vie de Confucius, 1788

HELMAN (Isidore Stanislas Henri). Abrégé historique des principaux traits de la vie de Confucius, célèbre philosophe chinois. Orné de 24 estampes in 4o. Gravées d'après des dessins originaux de la Chine envoyés à Paris par le P. Amiot missionnaire à Pékin et tirés du cabinet de Mr. Bertin. à Paris, Chez l'auteur, et chez M. Ponce graveur, (1788), in 4°, d'un titre gravé et 24 planches gravées h. t. avec 24 ff. de texte explicatif gravé en regard dans un encadrement, pl. veau porphyre époque, dos orné, encadr. d'un triple filet doré sur les plats, dent. int. dorées, tr. marbrées, qq; pâles rousseurs sinon bel exemplaire. 

Edition originale de ce livre entièrement gravé, d'après les dessins du père jésuite Attiret sur l'ordre de l'Empereur de la Chine et par l'entremise de la Compagnie des Indes. Ces scènes de la vie de Confucius contribuèrent largement à la mode des "chinoiseries" qui gagna l?Europe à la fin du XVIIIe siècle. Le cabinet de Mr. Bertin, Ministre du Roi Louis XIV, deviendra le Cabinet des estampes de la Bibliothèque Nationale. ¶ Cordier, BS, 587 - Cohen 479. - Brunet, III-90
1.800 




CHAMPOLLION (Jean Fr. le Jeune). Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens, 1827-28

Le déchiffrement des hiéroglyphes
CHAMPOLLION (Jean Fr. le Jeune). Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens, ou, Recherches sur les élémens premiers de cette écriture sacrée, sur leurs diverses combinaisons, et sur les rapports de ce système avec les autres méthodes graphiques Égyptiennes. Seconde édition revue par l'auteur et augmentée de la lettre à M. Dacier... Paris, à l'imprimerie royale, 1827-1828, 2 vol. in 8°, de XXIV-468pp. 1f., & 48pp. ill. de 52 planches litho. certaines se dépl. (soit une série numérotée de 1 à 21, une autre de A à K et une dernière de I à XX), broché couv. éditeur avec étiquette imprimée au dos, petit manque de papier à deux coins de couv. et mouillure claire à qq. planches sinon bel exemplaire tel que paru 

Rare seconde édition augmentée, du plus important traité de Champollion publié de son vivant, et où se trouve la définition la plus compréhensive des hiéroglyphes : « un système complexe, d’une écriture tout à la fois figurative, symbolique et phonétique dans un même texte, une même phrase, je dirai jusque dans le même mot ». Cette édition augmentée contient la célèbre lettre à Dacier parue en 1822, dans laquelle il annonçait sa découverte d'un système de déchiffrement des hiéroglyphes. La première édition du "précis" sera publiée deux ans plus tard, en 1824. Dans l'introduction il réfute toutes les hypothèses du Dr. Th. Young, réaffirmant que la découverte de l'alphabet phonétique des hiéroglyphes est le véritable clef de tout le système. Il développe aussi les relations entre les trois formes d'écriture : hiéroglyphique, hiératique et démotique, affirmant que la première est la plus ancienne et la dernière presque entièrement phonétique est la plus récente. Malheureusement Champollion, de retour d'Egypte, mourra d'épuisement en 1832 à l'âge de 41 ans. Sa "grammaire égyptienne" ne paraîtra qu'en 1836, publiée par son frère Champollion-Figeac. ¶ Brunet I. 1780 - Ricci 32 - Kettel 0178.
3.000 



BOCCACE (J.). Le Decameron, 1548

BOCCACE (J.). Le Decameron, de Messire Iehan Bocace florentin, nouvellement traduict d'italien en fràçoys par Maistre Anthoine Le Maçon còseiller du Roy & tresorier de l'extraordinaire de ses guerres. Imrimé à Paris, pour Estienne Roffet dict le Faulcheur, 1548, in 12, de 16 ff. & 359 ff. (exemplaire sans le dernier f. blanc et sans les 2 ff. d'errata), illustré de 10 belles vignettes à pleine page dans de grands encadrements, pl. veau époque estampé à froid de motifs floraux en encadrement, bel exemplaire dans sa reliure XVIe estampée. 

Rare seconde édition illustrée de la célèbre traduction de Le Maçon, restée inégalée par son charme et sa fidélité, et réalisée à la demande de la Reine de Navarre. L'illustration se compose d'un titre gravé dans un encadrement fleuri et d'une suite de 10 vignettes avec encadrements dans le style de l'école de Fontainebleau, ainsi que de jolies lettrines à fond criblé. On attribue souvent l'exécution de ces vignettes, qui ornaient déjà la première édition publiée aussi par Roffet en 1545, à Étienne Delaune. Dans cette édition, elles sont agrémentées de nouveaux encadrements de quatre blocs gravés contenant la marque d'Étienne Roffet. ¶ Brunet I.1006 "Toutes ces anciennes éditions de la traduction d'Antoine Le Maçon sont entières, et c'est un avantage que n'ont pas les éditions plus récentes... Ces petites éditions sont recherchés..." - Gay I. 830 "Les cent histoires du Décaméron sont très variées, écrites dans un style très pur, qualités rares alors. Aussi ce livre obtint-il un grand succès..." - Brun illustré Renaissance p.136 - Mortimer Harvard  French XVI cent. n°106 (pour l'édit. de 1545) -  Brunet I.1006.
3.800 




RABELAIS (F.). Les oeuvres, 1600

RABELAIS (F.). Les oeuvres, ... contenant cinq livres de la vie, faits & dits heroïques de Gargantua, & de son fils Pantagruel. Plus la prognostication Pantagrueline, avec l'Oracle de la Dive Bacbuc, & le mot de la Bouteille. Augmenté de ce qui s'ensuit. Les navigations est isles sonantes, l'Isle des Apedefres, la cresme philosophale, avec une epistre Limosine, & deux autres Epistres à deux Vieilles de différentes moeurs. Le tout par M. François Rabelais. Derniere édition de nouveau revuë et corrigée. à Lyon, par Jean Martin, 1600, 3 parties en  un fort vol. in 12, de 347pp. 3ff. de table - 469pp. 4ff. de table & 166pp. plus 16ff. pour la pantagrueline prognostication & 1f. blanc, grand fleuron gravé sur bois in fine, la dive bouteille gravée avec texte typographiques se trouve en p.157 du livre V, pl. veau brun époque, dos orné, encadr. d'un double filet doré sur les plats, charnières et coiffes anciennement restaurées, qq. taches éparses sinon bon exemplaire en reliure d'époque (ex-libris Dr. P.A. Créhange)    

Belle édition lyonnaise de Jean Martin, finement imprimée, avec l'épistre limosine rajoutée dans l'édition de 1584. Jean Martin est le principal éditeur lyonnais du Cinquième Livre puis des Oeuvres de Rabelais. ¶ Tchemerzine/Scheler, V, 315 - Brunet IV, 1057 - Plan n°118 : "Le Ve livre a un titre à part. Cette édition, qui semble être sortie d'une presse rouennaise, est d'une typographie assez nette, et le papier en est fin" - pas dans Adams - Rare, 1 seul ex. au cat. CCFR (Dijon)
3.500 






[CORBIE]. Théatre des Boulevards, ou recueil de parades, 1756

[CORBIE]. Théatre des Boulevards, ou recueil de parades,  à Mahon [Paris], de l'imp. de Gilles Langlois, 1756, 3 vol. in 12, de XIII-308pp., 1f. XII-308pp. & 3ff. 336pp. joli front. gravé non signé, pl. maroquin rouge XIXe, dos orné, encadrement d'un triple filet doré sur les plats, dentelle int., tr. dorées (Belz-Niédrée). Bel exemplaire très frais (ex-libris bibliothèque Genard [de Grenoble cat. de Vente en 1882], puis F.L.G.)  

Edition originale, assez rare de ce recueil composé par un dénommé Corbie de parades et pièces libres de boulevards. Selon Barbier IV, 691 "L'éditeur est un nommé Corbie. Nous ne le connaissons que par l'anecdote suivante, tirée d'un manuscrit autographe de Collé, qui, se plaignant de la manière infidèle dont plusieurs de ses parades sont imprimées dans ce recueil, s'exprime ainsi : « Soyez sûrs et certains, que toutes les parades qui sont enterrés vives dans ce damné Théâtre des boulevards sont de la faciende de M. de Sallé (secrétaire de Maurepas), à l'exception de l'Isabelle grosse par vertu, qu'est de Fagan ; une qu'est de Montcrif, en vers (l'Amant Cochemard), une qu'est de Piron (le Marchand de merde), et trois ou quatre autres de moi, qui m'ont été volées par un Savoyard décrotteur.. » " Au 18e siècle, le terme de "parades" désigne une forme dramatique brève au style grossier, parfois obscène, inspiré de la comédie italienne et qui retranscrit un langage et des moeurs populaires outrés. Les représentants les plus connus du Boulevard furent Collé et Vadé, Sallé, Moncrif, Piron, Collé, Fagan, etc. Les titres restent évocateurs : La confiance des cocus, La chaste Isabelle, Le doigt mouillé, L'amant poussif, Isabelle grosse par vertu, Léandre hongre, Le marchand de merde... ¶ Cat. Soleinne n°3496 - Gay amour, femmes III.1204
950 



LE BOURSIER DU COUDRAY (Mme A.M.). Abrégé de l'art des accouchements, 1777

Aux armes de Louis XVI
LE BOURSIER DU COUDRAY (Mme A.M.). Abrégé de l'art des accouchements, dans lequel on donne les préceptes nécessaires pour mettre heureusement en pratique, & auquel on a joint plusieurs observations intéressantes sur des cas singuliers.. Nelle édit. ... Paris, chez Debure père, 1777, in 8°, de XVI-208pp., ill. d'un portrait gravé et 26 planches d'obstétrique gravées en couleur par Jean Robert, pl. veau marbré époque, dos lisse orné, plats frappés aux armes de Louis XVI entourées du  phylactère "Menus plaisirs du Roi", charnière du 1er plat anciennement restaurée et taches en marge sinon bon exemplaire. Les "Menus-Plaisirs" formaient une branche importante de l’administration de la maison du Roi, dirigée par un « maître des Menus-Plaisirs», le dernier fut Papillon de la Ferté, et le siège était à Paris au 15 rue du Faubourg-Poissonnière. (75). 

Rare 4e édition du traité de cette célèbre Maîtresse Sage-Femme, une des pionnières de l'accouchement scientifique, et qui était une descendante de Louise Bourgeois dite Boursier non moins célèbre Sage-Femme (1563-1636). En 1759 Louis XV lui donne un brevet et une pension pour donner des cours d'accouchement dans tout le royaume, ce qu'elle fera jusqu'en 1783. Les belles planches d'après Chapparre ont été gravées en couleur par J. Robert, élève de Leblon, le premier à exécuter des gravures en couleur d'après la théorie de la décomposition de la lumière de Newton. Trois plaques gravées étaient nécessaires : la première pour le jaune, la seconde pour le rouge, et la troisième pour le noir. ¶ Blake p.260 - Waller n°5656 - Wellcome II.p.492 - Anatomie de la couleur, BNF n°84 - Heirs of Hippocrates N° 919 - Manque à Osler.

2.000 




URFÉ (Honoré d'). L'Astrée, 1733

URFÉ (Honoré d'). L'Astrée, de M. d'Urfé, pastorale allégorique avec la clé. Nouvelle édition [par l'abbé Souchay], où, sans toucher ni au fonds ni aux épisodes, on s'est contenté de corriger le langage et d'abréger les conversations... à Paris, chez Pierre Witte et Didot, 1733, 5 vol. in 12, illustré de 60 jolies figures h. t. de Gravelot (48) et de Rigaud (12), gravées sur cuivre par Guélard, demi-veau marbré moderne genre ancien, dos finement orné, p. de t. rouge et verte. Bel exemplaire dans une fine reliure pastiche. (ex-libris Ludovic Froissart)   

Dernière édition ancienne de "L'astrée", au texte rajeuni et abrégé par l'abbé Souchay. Fameux roman à succès, qui modela les esprits et les mœurs des salons précieux du XVIIe siècle. Un roman fleuve qui marque l'entrée du roman dans l'ère classique et qui fut le modèle des oeuvres de fiction du XVIIe siècle. Toutefois, il avait perdu son attrait à cause de l'évolution du genre romanesque et des modifications du langage. Cette édition rare est restée inconnue à Cohen et à Pereire, et Reynaud ne la cite qu'avec une collation erronée, indiquant dix figures seulement. Elle date du séjour en Angleterre des émules de Watteau : Rigaud et Gravelot, marquant l'unique collaboration de ces deux artistes. L'illustration, loin d’être innocente est de bout en bout originale. La publication originale s'échelonna de 1607 à 1628. Dans cette édition on trouve au dernier volume une "Lettre de M. Huet à Mlle de Scudéry touchant Honoré d'Urfé et Diane de Châteaumorand", des "Réflexions nécessaires pour l'intelligence de l'Astrée... tirées des oeuvres diverses de M. Patru" et la "Clé de l'Astrée". 
1.500 




PINEL (Dr. Philippe). Traité médico-philosophique sur l'aliénation mentale ou la manie. 1801

Le livre fondateur de la psychiatrie moderne
PINEL (Dr. Philippe). Traité médico-philosophique sur l'aliénation mentale ou la manie. Paris, Richard, Caille & Ravier, An IX-(1801), in 8°, de LVI-318pp., 1 tableau dépliant et 2 planches gravées h.t., demi-veau marbré époque, dos lisse orné, p. de titre verte, qq. rousseurs sinon bel exemplaire. 

Edition originale rare de ce grand livre fondateur de la psychiatrie moderne, contenant en détail l'exposé des méthodes d'humanisation du traitement des aliénés. Pinel les détacha de leurs chaînes et les confia à des médecins spécialisés. Devenu médecin-chef de la Salpêtrière en 1795, il y forma une génération de psychiatres dont le plus célèbre fut Esquirol. ¶ Brière de Boismont, des maladies mentales p.693: "Une immortelle réforme du traitement des aliénés." - Garrison Morton 4922: "Garrison considered the above book one of the foremost medical classics, giving as it did a great impetus to humanitarian treatment of the insane." - Norman, 100 Books Famous in Medicine, 54 - En Français dans le texte 203 - Heirs of Hippocrates, 1070 - Hunter & Macalpine, pp. 602

2.000 



NECKER (Jacques). Compte rendu au Roi, 1781

NECKER (Jacques). Compte rendu au Roi, par M. Necker, directeur général des finances. Au mois de janvier 1781, imprimé par ordre de Sa Majesté. Paris, de l'imprimerie du cabinet du Roi, 1781, in 4°, de 2ff. 116pp., ill. d'un portait gravé de Necker, d'un tableau se dépl. et de 2 cartes aquarellées se dépl., pl. veau marbré époque, dos lisse orné, coiffe inf. restaurée, sinon bon exemplaire. 

Véritable édition originale privée, imprimée à petit nombre sur les presses du Cabinet du Roi, et réservée à l'usage royal et officiel, sans doute réduit aux ministres et membres du Cabinet du Roi. Il y eut deux autres éditions la même année éditées par l'Imprimerie royale et destinées à la diffusion dans le public. Le rapport de Necker constitue le premier rapport officiel sur la politique économique d'un gouvernement en France, il eût un succès surprenant dans le public et il contribua grandement à la réputation de Necker. C'est pour introduire de la transparence dans le fonctionnement de l'État que ce dernier publie son célèbre "Compte-rendu au Roi", dans lequel il détaille le fonctionnement des finances royales, les principes de son administration et la situation financière du pays, ainsi que les réformes modérées qu'il souhaite accomplir. Cette publication rencontra un immense succès auprès d'un public passionné par le détail des comptes publics, et plus particulièrement les dépenses de la famille royale et du Roi ainsi que le détail des recettes fiscales. Le principe des réformes proposées par Necker généra un fort soutien de la part du public. ¶ Kress B.360 - Goldsmiths 12183 & 12184 - Einaudi 4094 - pas dans l'INED.
1.600