... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares, curieux et précieux ... ...

[POLIDORI (John William)]. Le vampire, 1820

[POLIDORI (John William)]. Le vampire, nouvelle attribuée a lord Byron, traduite de l'anglais par A.-E. de Chastopalli. Paris, à la librairie française de Ladvocat, 1820, plaq. in 8°, de 44pp. et 2ff. de cat. éditeur et 4ff. de publicité pour les oeuvres de Schiller et Shakespeare, cart. moderne papier marbré macabre, bon exemplaire non rogné et grand de marges.   

Seconde traduction française du premier récit moderne sur les vampires paru à Londres en 1819. Elle est rare, et comme on sait la toute première traduction d'Henri Faber parue chez Chaumerot en 1819 est d'une rareté mythique. Pour sa nouvelle John William Polidori est parti d’un brouillon de Lord Byron rédigé à la Villa Diodati lors de l’été 1816 qu’ils passèrent ensemble, avec Percy et Mary Shelley. Dans un but commercial, "The Vampyre" paraît tout d’abord sous le nom de Lord Byron. Ce dont le poète se défendra auprès de son éditeur John Murray. J. Polidori était le secrétaire et médecin particulier de Byron. En réalité, lors de l’été 1816, J. Polidori et Lord Byron résidaient près du Lac Léman, et reçurent les Shelley. La météo est catastrophique. Byron propose alors à ses invités un petit défi : écrire une histoire de fantômes. Il écrira lui-même un petit récit fragmenté que Polidori reprendra pour écrire "The Vampyre" publié en 1819. Mais c’est Mary Shelley qui remportera le défi en commençant l’écriture de son Frankenstein. Cette traduction nouvelle est attribuée à Eusèbe de Salle (qui utilise le pseudonyme de A.-E. de Chastopalli), d'après Quérard  Fr. Litt. I.580 & II. 149 et le cat. BNF. ¶   1 seul ex. au cat. CCFR (BNF) - et 1 autre ex. au cat. KVK (BN Israel). Quant à la traduction de Faber de 1819 il n'y a qu'un seul ex. dans les Biblioth. Publiques il est à Genève. 
2.500 


[LEWIS (M. G.)]. Le Moine, 1797

La première édition illustrée
[LEWIS (M. G.)]. Le Moine, traduit de l'anglais. P., chez Maradan, an V-1797, 4 vol. in 16, de 178pp-211pp-210pp-270pp., ill. de 4 front. macabres gravés, demi-veau marbré époque, dos lisse orné, p. de t. noire, très bon exemplaire. 

Rare première édition illustrée parue peu après l'édition originale en 3 vol in 12  et sans illustrations. C'est le chef-d'oeuvre de Lewis qui n'avait alors que 22 ans, prototype du roman noir ou "terrifiant, un curieux mélange de crimes de satanisme et d'obscénités, il est de tous les romanciers de l'école noire, le plus intéressant, le plus complexe, celui qui reflète le mieux les diverses tendances de l'époque". La traduction est due à Deschamps, Desprez, Benoit et Lamare. ¶ Cohen p.644 - Martin  Mylne 97.45 -  Pas dans Oberlé romans noirs - M. Loliée cat. romans noirs n°313 (considérait cet édition illustrée in 16 comme l'originale "de la plus grande rareté") - Killen le roman terrifiant p.57 "Quelque grande, cependant, que fût l'horreur que le Moine suscita parmi les gens pieux, elle ne poussa pas le beau monde à accueillir froidement Lewis, qui devint tout de suite la célébrité la plus à la mode..."
1.700 



BERNARDIN DE SAINT-PIERRE (J. H.). Paul et Virginie. Curmer, 1838

En maroquin de Capé
BERNARDIN DE SAINT-PIERRE (J. H.). Paul et Virginie. Paris, L. Curmer, 1838, gd in 8°, de LVI-458 pp. et 7 ff. de tables, ill. de 29 planches h.t. gravées sur bois et tirées sur Chine collé, 1 carte coloriée de l'Ile de France imprimée sur Chine collé,  7 portraits gravés sur acier h.t., et 450 vignettes sur bois in t., le tout par Tony Johannot, Meissonnier, P. Huet, Isabey etc., pl. maroquin rouge XIXe, dos finement orné, double encadrement de triple filets dorés et fleurons d'angle sur les plats, dentelle int., tr. dorées (Capé). Très bel exemplaire très frais, soigneusement établi par Capé, protégé par un double emboitage moderne demi-chagrin rouge. (ex-libris Jacques Pouquet) 

Premier tirage de ce célèbre romantique illustré et probablement le plus beau livre réalisé par Curmer. Exemplaire avec l'adresse au 25 rue Sainte-Anne, le portrait de l'auteur sans la sphère et tiré sur chine collé, les portraits de "Mme de La Tour" et du "Docteur", les portraits légendés au bas de la gravure, la jeune bramine est sans l'étoile,  la notice de Sainte-Beuve terminée par 8 lignes de texte, le médaillon à tête de femme p.418, à la fin de la table des grandes vignettes, le cul-de-lampe avec portrait en médaillon d'Orvin Smith et les outils du graveur. ¶ Carteret III, 532 - Vicaire VII, 42. 
1.400 


PERRAULT (Charles) et [Melle ALLEMAND DE MONTMARIN ]. Griselidis, 1789

PERRAULT (Charles) et [Melle ALLEMAND DE MONTMARIN ]. Griselidis, ou la Marquise de Salusses, traduit de l'italien de Fulvio Testi, en Gaulois par Mlle Allemand de Montmartin ; mis en anecdote par M. B*****. Avec une note historique tirée de l'Histoire des Ducs de Savoie, de Fulvio Testi. Paris, Maradan, 1789, in 16, de 165pp., avec en seconde partie (p.87) : Émérance, ou l'Orgueil vaincu par la Raison, dédié à Madame de B*** par M. de B***, demi-veau blond époque à petits coins, dos lisse à filets dorés, monogramme M.C. frappé en queue.   
Très rare variation sur le conte de Perrault publiée une première fois en 1724 par Mademoiselle Allemand de Montmartin sur laquelle « il existe peu de renseignements ; apparemment Griselidis est son seul ouvrage ». On sait Perrault tira lui-même son conte du Décameron de Boccace. ¶ Quérard Fr. litt. I. 36 "l'éditeur déclare dans un avis au lecteur, que cette histoire a été faite sur une autre qui porte le même titre ... d'après le conte en vers de Perrault intitulé Griselidis." - Quérard Supercheries III, 777 : « Il y a dans la publication de ce petit ouvrage sous le nom de Fulvio Testi, une longue histoire d'imposture ». - cat. CCFR 1ex. de l'édit. de 1724 (BNF) mais aucun de l'édit. de 1789 - cat. KVK 1 seul ex. de l'édit. de 1789 (BVB Bavière)
750 




NORDEN (F. L.). Voyage d’Égypte et de Nubie, 1795-98

NORDEN (F. L.). Voyage d’Égypte et de Nubie, Nouvelle édition, soigneusement conférée sur l’originale, avec des notes et des additions tirées des auteurs anciens et modernes, et des géographes arabes par L. Langlès Paris, de l’imprimerie de Pierre Didot l’aîné, 1795-1798, 3 vol. gd in 4°, de  LV-176pp. 256pp. 392pp., ill. de 3 frontispices, de 159 planches et cartes, certaines dépliantes, et de 9 planches d’éléments décoratifs, demi-basane marbrée moderne genre ancien, dos orné, petites restaurations en marge de qq. planches et qq. infimes rousseurs en marge sinon bel exemplaire grand de marges.   

Seconde édition augmentée, la première étant parue à Copenhague en 1755. C'est la relation la plus complète consacrée aux antiquités égyptiennes jusqu’à la publication de l’Expédition d’Egypte en 1809. Excellent dessinateur, Norden fut chargé par le gouvernement danois de dessiner les monuments remarquables d’Egypte et de Nubie. Les illustrations, gravées par Marc Tucher, sont d’une grande exactitude. Le dernier volume est en partie consacré aux notes et éclaircissements de Louis Langlès, avec des observations précises sur les pyramides et les inscriptions qui s'y trouvent. ¶ Monglond III. 458 - Hage-Chahine Levant n°3455 - Chadenat n°646 - Blackmer 1211 (édition anglaise) "Norden was the first European to penetrate as far as Derr in Nubia and to publish descriptions of any Nubian temples" - Boucher de La Richarderie IV.551.
4.000 




[GRIMOD DE LA REYNIERE (A.B.L.)]. Manuel des Amphitryons, 1808

[GRIMOD DE LA REYNIERE (A.B.L.)]. Manuel des Amphitryons, Contenant un traité de la dissection des viandes à table, la nomenclature des menus les plus nouveaux pour chaque saison, et des élémens de politesse gourmande. P., Renand, Capelle, 1808, in 8°, de 384pp., ill. de 17 planches gravées h. t. par J. Fr. Tourcaty, la plupart se dépl., demi- basane maroquinée verte époque, dos lisse orné de fleurons, coiffe sup. lég. usée, faux-titre restauré en marge, qq. rares rousseurs sinon bel exemplaire. 
Edition originale très recherchée. C'est certainement le meilleur ouvrage du célèbre gastronome. L'auteur se propose ici de réapprendre aux nouveaux amphitryons le grand art du savoir vivre, la Révolution ayant balayé toute forme de noblesse comme l'on sait. Les trois parties sont consacrées à la dissection des viandes, à la composition des menus, et à la politesse à table. Le "nouveau riche" qui ne sait pas découper y est même comparé au possesseur d'une belle bibliothèque qui ne saurait pas lire... (sic). Le ton persifleur de Grimod est assez réjouissant, mais lui valut de solides inimitiés. ¶ Vicaire 427 - Bitting 203 - En Français dans le Texte n°217
1.200 


ROMÉ DE L'ISLE (Jean Baptiste L. de). Cristallographie, 1783

La loi sur la constance des angles
ROMÉ DE L'ISLE (Jean Baptiste L. de). Cristallographie, ou Description des formes propres à tous les corps du règne minéral, Dans l'état de Combinaison saline, pierreuse ou métallique. 2e édition. Paris, de l'Imprimerie de Monsieur, 1783, 4 vol. in 8° et un atlas in folio à l'italienne, de XXXVIII-1f.623pp., 2ff. 659pp., 2ff. 611pp., XVI-80pp., ill. de 12 planches gravées (numérotées de 1 à 8), avec 32 tableaux dépliants numérotés de 1 à 7, pl. veau porphyre pour les 3 vol de texte et la table de l'atlas, dos orné, p. de t. rouge et verte, tr. marbrées, et demi-veau marbré époque dos lisse orné à motifs lég. différents pour l'atlas lui-même. Qq. rares rousseurs.   

Première édition sous ce titre. Il s'agit en fait d'une version très augmentée de son premier "Essai de cristallographie" de 1772 en 1 volume. C'est l'un des livres les plus importants pour la cristallographie, dans lequel il énonce sa loi sur la constance des angles ou loi quantitative de la cristallographie. L'atlas décrit 450 formes cristallines, pour ce faire il utilise des notions pertinentes de description, « formes primitives » et « troncatures. » Les mesures qu'il fait réaliser par Arnould Carangeot, auteur d'un goniomètre permettant de mesurer précisément les angles dièdres des faces cristallines, l'amènent à énoncer sa loi de constance des angles. ¶ Cole 1124. Poggendorff II, col. 682-683 - Schuh, Mineralogy & Cristallography, 4152 - Authier, Early Days of X-ray Crystallography "The importance of Romé de l'Isle's work was stressed by Haüy (1795) who wrote : To the exact descriptions he gave of the crystalline forms, he added the measure of their angles, and, which was essential, showed that these angles were constant for each variety. In one word, his crystallography was the fruit of an immense work, almost entirely new and most precious for its usefulness” (p.313) - DSB XI. p.520 "In this book... Romé followed both Linnaeus and Domenico Guglielmini in classifying crystals by arbitrary primitive formes.... Romé's chief scientific goal was the establishment of mineralogy on a firm basis of crystallography. His major contribution toward this end was the formulation of the law of the constancy of interfacial angles which became the cornerstone of crystallography."
4.500 





VERNE (Jules). L'invasion de la mer. Le phare du bout du monde, Hetzel 1905

VERNE (Jules). L'invasion de la mer. Le phare du bout du monde, Paris, Collection Hetzel, 1905, gd in 8°, de 4ff. 236pp. & 204pp., ill. in t. de L. Benett et George Roux, avec 12 chromotypographies h.t. et de nombreuses photographies de l'Algérie (certaines en couleurs), cart. éditeur polychrome, 1er plat à l'éventail et à un éléphant, dos au phare, tr. dorées, bel exemplaire frais.   

Première et seule édition collective illustrée. C'est le seul cartonnage double avec dos au phare pour ces textes. L'invasion de la mer, est le dernier roman dont Jules Verne ait pu corriger les épreuves, et il se passe en Tunisie et en Algérie. Quant au Phare du bout du monde, Jules Verne n'en a pas corrigé les épreuves et c'est son fils qui a apporté un certaines modifications au texte original. L'action se déroule à l'est de la terre de feu. ¶ Jauzac p.301
800 

DESRUES (François). Description contenant toutes les singularitez des plus célèbres villes et places remarquables... 1610

Un des premiers guides des villes de France, 1610
DESRUES (François). Description contenant toutes les singularitez des plus célèbres villes et places remarquables du royaume de France, avec les choses plus mémorables advenues en iceluy. Reveu corrigé et auguementé du sommeire (sic) de lestat cartes des provinces et de quelques portraitz des plus lignalées (sic) villes dudict royaume. à Rouen, chez David Geoffroy, (1610), pet. in 8°, de 5ff. dont un joli titre gravé, 352pp., ill. d'un portrait médaillon de Louis XIII à mi-page, de 18 vignettes sur bois des villes de Paris, Troyes, Orléans, Amiens, Bourges, Touraine, Angers, Rouen, Marseille, Avignon, Toulouse, Bordeaux, Bayonne, Poitiers, Metz, Clermont, Dijon, & Lyon, et de 6 grands bois à pleine page de cartes de France, de Picardie, d'Anjou, de Normandie, de Bretagne, et Poitou, demi-vélin moderne, titre en rouge à la plume au dos, petit défaut de papier au 3e feuillet (dédicace) avec trou et perte de qq. lettres, sinon bel exemplaire soigneusement lavé et établi fin XIXe. (E. Carayon).  (Ex-libris gravé d'Édouard Pelay, devise « Quaerite et invenietis ») Président fondateur de la Sté Rouennaise de Bibliophiles et archiviste de la Société de l'histoire de la Normandie, vente en 1923. 
Seconde édition d'une des premières descriptions de la France. Elle est illustrée de gravures sur bois des principales villes de France. François Desrues, né à La Lande-d'Airou (Manche) en 1554, est mort vers 1620. Il peut être considéré comme l’auteur du premier guide touristique. Son ouvrage a d'abord paru sous le titre "Les Antiquités, fondations et singularités des plus célèbres villes, châteaux et places remarquables du Royaume de France" à Coutances en 1608. Ce "Guide" suscita bien des vocations de voyageurs. La dernière édition de 1624 porte le titre "Antiquités des villes de France." ¶ Brunet II. 651"petit ouvrage qui eu beaucoup de succès..." - cat. Heilbrun topographie française n°80 (édit. de 1624) "une des premières descriptions de la France" - Frère I.352 - cat. CCFR seulement 2 ex. de l'édit. de Rouen 1610 (BNF, Mazarine) - cf. L. Morin, Essai bibliographique sur F. Desrues, Troyes, 1925
1.400 








APULEE. L'Asne d'or, 1602

Dans une fine reliure de Capé
APULEE. L'Asne d'or, ou les Métamorphoses de Luce Apulée philosophe platonique, illustré de commentaires apposez au bout de chasque livre, qui facilitent l'intention de l'Auteur [par Jean de Montlyard]: oeuvre de très-galante invention, de très-facétieuse lecture & de singulière doctrine Paris, chez Abel Langelier, 1602, in 12, de 28ff. 490pp. 2ff., pl. maroquin rouge XIXe, dos orné, triple filet dorés sur les plats, dentelle int. tr. dorées (Capé).  Bel exemplaire 

Edition originale rare de la traduction de Jean de Montlyard, sieur de Melleray en Beauce, ministre protestant réfugié à Genève. On trouve un copieux commentaire à la fin de chaque livre. Toutefois il reste difficile de se persuader qu'un pasteur ait entrepris de traduire un livre comme l'Ane d'or d'Apulée. Le privilège est daté du 3 septembre 1601. Brunet ne mentionne que le réédition de 1623, et dans le Catalogue de la bibliothèque de feu M. Renouard, l'édition de 1623 est mentionnée comme la première. ¶ cat CCFR 5 ex. (Grenoble, Versailles, Lyon, Limoges, BNF).
1.200 


BALZAC (J. L. Guez de). Lettres familières de Monsieur de Balzac à Monsieur Chapelain. 1656

BALZAC (J. L. Guez de). Lettres familières de Monsieur de Balzac à Monsieur Chapelain. à Leiden, chez Jean Elsevier, 1656, in 16, de 333pp. 1f. bl., pl. maroquin rouge XIXe, dos orné, encadr. d'un triple filet doré sur les plats,  dentelle int. (Thibaron-Joly). Bel exemplaire sur papier fort à toutes marges 

Très jolie édition elzévirienne parue à la même date que l’édition originale; elle renferme la lettre préliminaire de M. Girard à M. le Marquis de Montauzier. Rappelons que Balzac adressait à ses amis, sous le nom de "lettres", de petites dissertations sur des sujets philosophiques,  dans un style très soigné qui fit sa réputation. Le premier recueil parut en 1624. ¶ Grente DLF XVIIe p.126 - Willems, 773 -  Brunet I, 632 - Tchemerzine I. p.427.
750 




BALZAC (J. L. Guez de). Les entretiens de Feu M. de Balzac, 1659

BALZAC (J. L. Guez de). Les entretiens de Feu M. de Balzac,  à Leide, chez Jean Elsevier, 1659, in 16, de 396pp. 5 ff. de table 1f.bl., pl. maroquin bleu marine à grain long XIXe, dos orné de filets et fleurons à froid, encadrement de filets dorés et guirlande à froid sur les plats. Bel exemplaire relié dans le style de Bozérian.   

La première édition est de 1657, arrangée et publiée d'après les papiers de Balzac par Girard, archidiacre d'Angoulême. Belle réédition elzévirienne avec un titre gravé par C. Philippe. Les Entretiens sont des petits essais sur divers sujets de littérature et d'histoire présentés sous forme de conversations. ¶ Brunet I.633 - Willems 840 - Tchemerzine I. p.432
600 



[MOQUOT (R.P. Nicolas)]. Miroir pour les personnes colères, 1686

Fine reliure de Simier
[MOQUOT (R.P. Nicolas)]. Miroir pour les personnes colères, où en découvrant les malheureux effets de cette passion, l’on trouve au même-tems les moyens de s’en guérir à Liège, Louis Monfort, 1686, in 12, de 7ff. 357pp. 6ff., pl. maroquin vert émeraude, double encadrement doré sur les plats, triple filet doré intérieur, dos lisse orné en long lég. passé, tr. dorées (Simier, rel.du Roi). Bel exemplaire 

Rarissime ouvrage, signalé uniquement par le dictionnaire de bibliographie catholique et dont l’auteur serait le Père Nicolas J. Moquot génovéfain de Liège.  Il est divisé en quatre chapitres : Origine de la colère, ses effets, les motifs pour réprimer la colère et enfin quatorze remèdes principaux. "l'homme colère est un fou… les hommes colères sont semblables aux possédés du Diable… remède contre la colère… l'humilité… la charité… la prière." ¶ Rare, cat. CCFR seulement 3ex. (Auxerre, Ste Geneviève Paris, BNF)
1.200 




RENOU (Jean de). Les Oeuvres pharmaceutiques, 1637

RENOU (Jean de). Les Oeuvres pharmaceutiques, ... augmentées de plus d'un tiers en cette seconde édition par l'Auteur; puis traduites, embellies de plusieurs figures... mises en lumière par Louys de Serres... - Suvi de : Boutique pharmaceutique ou antidotaire... à Lyon, chez Nicolas Gay, 1637, 2 parties gd in folio, de 14ff. dont un très beau titre gravé, 762pp. 11ff. de table, ill. de 6 planches de plantes et d'un beau front. gravé pour la 2e partie débutant à la p.467, nbr. lettrines in t., pl. veau brun époque, dos orné, exemplaire anciennement lavé et remonté, très bel état.   
3e édition augmentée. Ce traité fut considéré au XVIIe siècle comme la bible des apothicaires. Composé en latin, il a été traduit pour la première fois en 1624 par Louis de Serres. La première partie comprend les Institutions pharmaceutiques (en 5 livres) et les trois livres de la Matière médicinale, la seconde partie intitulée Boutique pharmaceutique comporte une page de titre qui lui est propre et un très beau frontispice représentant l'intérieur d'une boutique d'apothicaire. On y trouve tout ce qui concerne la préparation des médicaments (broyage, décoction, brûlage, dissolution, fermentation, liquéfaction, durcissement, dessiccation, distillation, etc.), les formules des remèdes, puis la boutique du pharmacien et le matériel qu'il doit posséder, le laboratoire, et la manière de ranger les drogues et les plantes, soit dans des tiroirs, dans des pots en grès, soit dans des flacons de verre ou d'étain et de terre. ¶  Krivatsy p.975 - Wellcome (seulement des éditions anglaises tardives) - Waller 7895.
3.500 




[CHAUVIN (Pierre, médecin)]. Lettre à Madame la marquise de Senozan 1693

Les pouvoirs de la baguette de coudrier
[CHAUVIN (Pierre, médecin)]. Lettre à Madame la marquise de Senozan, sur les moyens dont on s'est servy pour découvrir les complices d'un assassinat, commis à Lyon, le 5e juillet 1692. Lyon, chez J. B. & N. De Ville, 1693, in 12, de 120pp. & 12ff. d'explication de certains mots qui pourraient paraître obscurs, ill. d'une figure in t., pl. basane mouchetée époque, dos orné, bon exemplaire.   

Très rare seconde édition très augmentée de ce rare témoignage sur la première affaire concernant les pouvoirs de la baguette de coudrier. C'est le fameux cas du sourcier Jacques Aymar. Le 5 mars 1692, un marchand de vin de Lyon et sa femme sont assassinés dans leur cave. L’enquête piétine. Un voisin suggère alors de recourir aux services de Jacques Aymar. Conduit sur les lieux du crime, celui-ci reconstitue l’itinéraire des assassins grâce à sa baguette qui l’entraîne jusqu’à Beaucaire. Là, elle désigne un bossu qui vient d’être arrêté pour un petit larcin. Ramené à Lyon, le bossu avoue être l’un des auteurs du crime. Il est aussitôt condamné à la roue place des Terreaux. Les Lyonnais sont impressionnés, et de nombreux récits louent les pouvoirs du sourcier de Saint-Véran. Désormais célèbre, il est sollicité de toute part, ses pouvoirs fascinent et sa renommée enfle. Les autorités s’en émeuvent. Il est appelé à Paris où la prestigieuse Académie Royale des Sciences le soumet à une série de tests qui le mettent en défaut. Finalement le prince Henri de Bourbon-Condé le dénoncera comme imposteur. ¶ cf. Gilardin, « Un Procès à Lyon en 1692 ou Aymar l’homme à la baguette », Revue du Lyonnais, 1837, p.81. - Caillet n°2299 "très rare, non cité par Brunet" (ne connais que cette 2e édition) - Pas dans Dorbon - Le cat. CCFR recense un premier tirage de 1692 en seulement 69pp.
1.200 





THORY (C.A.). Monographie ou histoire naturelle du genre groseillier, 1829

Finement illustré et aquarellé
THORY (C.A.). Monographie ou histoire naturelle du genre groseillier, contenant la description, l'histoire, la culture et les usages de toutes les groseilles connues Paris, Dufart, 1829, in 8°, de XVI-152pp., ill. d'un portrait gravé de l'auteur et de  24 planches litho. h.t. de Langlumé dont 23 soigneusement aquarellées, broché dos lég. foncé et qq. rousseurs sinon bel exemplaire tel que paru.   

Edition originale très rare. Le célèbre naturaliste et franc-maçon, auteur des notices de l'ouvrage sur les roses illustré par Redouté est aussi l'auteur de cette rare monographie des groseilliers: typologie, culture, boutures, greffe, recettes, compotes, confitures, groseilles à maquereau, gelée, Ratafia, sirop, usage en médecine... ¶ cat. CCFR 7ex. (Museum, Institut, BNF, Lyon, Caen, Cherbourg, Toulon)
950 




AGNESI (Maria Gaetana). Traités élémentaires de Calcul Différentiel et de Calcul Intégral, 1775

La première femme mathématicienne
AGNESI (Maria Gaetana). Traités élémentaires de Calcul Différentiel et de Calcul Intégral, Traduits de l'Italien de Mademoiselle Agnesi, avec des Additions. Paris, Claude-Antoine Jombert fils aîné, 1775, in 8°, de IV-500pp. ill. de 6 planches gravées se dépl., pl. basane marbrée époque, dos orné, premier plat frappé au fer de l'Hôtel de l'Ecole Royale Militaire avec la mention "Proemium et Incitamentum Laboris" (ex-libris mss. 18e Picot de Moras), qq. taches en marge des planches sinon bon exemplaire.  

Rare première édition française. Mathématicienne italienne, Maria G. Agnesi est considérée comme la première femme occidentale à s'être fait connaître dans le domaine des mathématiques. En France, l'Académie des sciences déclare n'avoir « connaissance d'aucun ouvrage de ce type qui soit plus clair, plus méthodique, plus complet » et en commande la traduction. D'Alembert, Condorcet et Vandermonde autorisèrent donc sa publication sous le privilège de l'académie des sciences. La traduction est d'Antelmy avec des notes de Bossut. Le recueil traite du calcul différentiel et intégral, ainsi que des séries infinies, et de la résolution des équations différentielles élémentaires. Le Pape Benoit XIV lui proposa d'enseigner a l'Université de Bologne, cela aurait fait d'elle la première femme à occuper une telle fonction, mais elle refusa. Plus tard elle entra dans les ordres et devint supérieure de l'hospice de la Pio Albergo Trivulzio. ¶ DSB I, 75 "The first woman in the Western world who can accurately be called a mathematician" - Riccardi 8. 
1.400 


BOSSE (Abraham). Traité des pratiques géometrales et perspectives, 1665

BOSSE (Abraham). Traité des pratiques géometrales et perspectives, enseignées dans l'Académie royale de la peinture et sculpture... où il faut employer la règle et le compas. Paris, chez l'auteur, 1665, in 8°, de 8ff. 140pp., ill. d'un front. gravé, de deux figures à pl. page (dédicace et titre gravé) et de 67 planches gravées h.t. dont une en double page et une planche à système avec figure mobile, pl. vélin époque, qq. mouillure sen marge et qq. restaurations en marge intérieure sinon bon exemplaire (ex-libris gravé d'Antoine de Mareste seigneur d’Alge et avocat général de la Cour des Aides de Normandie, célèbre bibliophile, avec sa signature).   

Édition originale de ce rare manuel illustré de perspective. Abraham Bosse donne ici des règles de bas-relief qu’il dit tenir de son ami le géomètre et ingénieur G. Desargues, dont il suivit les cours. Girard Desargues ouvre en effet à partir de 1639, un cours privé pour enseigner aux artisans (tailleurs de pierre, charpentiers, graveurs, fabricants d'instruments) les applications de sa technique de perspective linéaire, qui introduit implicitement (par le fait que les fuyantes parallèles concourent à l'infini) et pour la première fois l'idée d'un point à l'infini. Toutefois sa méthode est contesté, entre autre par le maître maçon tailleur de pierres Jacques Curabelle qui conteste surtout la faisabilité de la méthode. Bosse qui soutient Desargues contre Charles Le Brun est finalement exclu de l'Académie en 1661, mais ouvre une école privée qui est fermée par arrêt royale en 1662, ce qui ne l'empêche pas de publier le présent traité en 1665. «Livre recherché comme tout ce qui émane du célèbre artiste Abraham Bosse. On remarque dans ce volume le frontispice, la gravure de l’épître dédicatoire à M. de Croismare et une foule de petites figures toutes burinées habilement par Bosse ». (Cat. A. Dinaux, 217) - Brunet I, 1127.
1.500