... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares et curieux et de partager les commentaires sur ces livres précieux ... ...

CUREAU DE LA CHAMBRE (Marin). La lumière, 1657

Reliure à la marque du Collège des jésuites Louis le Grand
CUREAU DE LA CHAMBRE (Marin). La lumière, A Monseigneur l'Eminentissime Cardinal Mazarin... Paris, Rocolet, 1657, in 4°, de 10ff. 414pp. 10ff. (en réalité 402pp. car les pages 65, 66 et 369 à 378 ont été omises dans la pagination), ill. de 2 belles gravures sur cuivre h.t. en tête et de 9 figures sur bois int., pl. veau époque, dos orné, plats frappés au centre d'un large médaillon à la marque IHS du Collège des jésuites Louis le Grand avec large encadrement doré, mouillure claire pour l'ensemble sinon bon exemplaire avec le certificat du Collège Louis le Grand de remise de prix en 1747 à un natif de Marseille relié en tête, et dans une reliure décorative.   

Edition originale de ce rare ouvrage pionnier sur la question de la lumière et de l'optique. Il est divisé en deux parties : "De la lumière radicale" interroge les propriétés des corps lumineux, et "De la lumière extérieure" qui traite de la lumière émise. En montrant avec insistance que la lumière n'est pas soumise aux lois de la physique des corps, Cureau veut mettre en valeur sa "spiritualité"; il veut définir la lumière comme une substance intermédiaire entre la matière et l'immatériel. Cureau de La Chambre était médecin, et il  mena toute sa vie une réflexion philosophique sur l’homme, sa physiologie et sa psychologie. En 1634 il devint l'un des premiers membres de l’Académie française, puis en 1666  l’un des premiers membres de l’Académie royale des sciences. ¶ Poggendorff I. p.505 . cf Robert Doranlo, La Médecine au XVIIe siècle, Marin Cureau de la Chambre, médecin et philosophe (1594-1669), Paris, 1939.
1.000 






LA FONTAINE (Jean de). Fables choisies, 1757

En reliure aux armes
LA FONTAINE (Jean de). Fables choisies, mises en vers par M. de La Fontaine, avec un nouveau commentaire par M. Coste. à Paris, chez David, 1757, 2 parties in 12, de 159pp. & 2ff. 275pp. XLIVpp. de préface et table, front. de Bernard Picart gravé par Legrand, et nbr. en-têtes gravées sur bois in t., petit manque en marge du feuillet de privilège in fine avec perte de qq. mots, rel. en 1 vol. pl. veau époque, dos orné, triple filet doré sur les plats avec frappé au centre les armes de Jacques de Flesselles seigneur de Champguelfier (1730-1789) il fut tour à tour conseiller au Parlement de Paris, puis maître des requêtes, président du Grand Conseil, intendant du Bourbonnais, puis de Bretagne, et de Lyon, enfin membre du Conseil d'Etat en 1784 et prévôt des marchands en 1789. Sa fin fut tragique: il fut assassiné par un inconnu après la prise de la Bastille et sa tête promenée sur un pique. (ex-libris mss. XIXe  Seigneur Louis Leclaire de Montaigu, domaine de Gravotot, seigneurie de Tournan) Bel exemplaire. 

Réimpression de l'édition Coste de 1743 avec les mêmes vignettes, quelques-unes signées Caron. ¶  Cohen p.547  (édit. de 1743) ces mêmes figurent se rencontrent dans les éditions de 1752 et  1757... - Quérard Fr. Litt. IV.405 "Ces trois éditions de Coste sont au nombre des meilleures..."
750 





RIMBAUD (Arthur). Poèmes. Les illuminations. Une saison en enfer, 1892

RIMBAUD (Arthur). Poèmes. Les illuminations. Une saison en enfer,  Paris, L. Vanier, 1892, in 12, de VII-151pp. Demi-maroquin rouge moderne à coins, dos orné, 1er plat de couv. cons. lég. défraîchi avec petit manque en bordure, bon exemplaire avec la date 1892 sur la couverture et sur la page de titre.   

Première édition collective, en partie originale, sur papier courant (il n'a été tiré que 25 ex. sur papier de Hollande). Edition publiée à l'initiative de Paul Verlaine quelques semaines après la mort de Rimbaud et reproduisant la préface qu'il avait écrite pour l'édition des "Illuminations" de la revue "La Vogue" en 1886.
1.500