... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares et curieux et de partager les commentaires sur ces livres précieux ... ...

SOMAIZE (Sieur de). Le grand dictionaire des prétieuses, 1661

Les précieuses ridicules
SOMAIZE (Sieur de). Le grand dictionaire des prétieuses, historique, poétique, géographique, cosmographique, cronologique, & armoirique : où l'on verra leur antiquité, coustumes, devises, éloges, études, guerres, hérésies, jeux, loix, langage, moeurs, mariages, morale, noblesse; avec leur politique, prédictions, questions, richesses, réduits & victoires ; comme aussi les noms de ceux & de celles qui ont jusques icy inventé des mots prétieux... suivi de la clef... Paris, chez Jean Ribou, 1661, 3 parties in 8°, de 16ff. 31pp. (mal chiffrées 314) & 2ff. 310pp. (mal chiffrées 320), & 46 pp. pour la clef, sans le front qui manque très souvent, rel. en 1 vol. pl. veau blond XIXe, triple filet doré sur les plats, dentelle int., tr. dorées. (Koehler). Qq. rousseurs sinon bel exemplaire grand de marges, bien complet de la clef et finement relié. 

Seconde édition très augmentée, c'est une sorte de répertoire du monde des salons du XVIIe siècle, il contient près de 700 noms de précieux et précieuses avec des notices. La rare clef (qui manque souvent) permet de les identifier sous leur pseudonyme précieux. La première édition de 1660 ne contenait que 84 pages centrées sur le langage précieux. Le rare frontispice manque dans la plupart des exemplaires. Somaize profita de la célébrité des "précieuses ridicules" de Molière pour publier son dictionnaire. Il s'y montre un observateur attentif des salons précieux de l'époque, dont l'hôtel de Rambouillet. Ainsi écrit-il : "Je suis certain que la première partie d'une précieuse est l'esprit, et que pour porter ce nom il est absolument nécessaire qu'une personne en ait ou affecte de paraître en avoir, ou du moins qu'elle soit persuadée qu'elle en a . Les femmes d’esprit ne furent pas toutes précieuses, ce sont seulement celles qui se mêlent d'écrire ou de corriger ce que les autres écrivent, celles qui font leur principal de la lecture des romans et surtout celles qui inventent des façons de parler bizarres par leur nouveauté et extraordinaires dans leurs significations. " Au XIXe siècle, Somaize est redécouvert par des critiques littéraires qui le considèrent comme le principal “historien” de la préciosité. ¶ Brunet V.433 "ouvrage satirique, dont la présente édition, devenue assez rare, est encore assez recherchée, surtout quand la clef… également datée de 1661... s'y trouve jointe…" - Pierre Berès cat. XVIIe n°459
1.500 




CUREAU DE LA CHAMBRE (Marin). La lumière, 1657

Reliure à la marque du Collège des jésuites Louis le Grand
CUREAU DE LA CHAMBRE (Marin). La lumière, A Monseigneur l'Eminentissime Cardinal Mazarin... Paris, Rocolet, 1657, in 4°, de 10ff. 414pp. 10ff. (en réalité 402pp. car les pages 65, 66 et 369 à 378 ont été omises dans la pagination), ill. de 2 belles gravures sur cuivre h.t. en tête et de 9 figures sur bois int., pl. veau époque, dos orné, plats frappés au centre d'un large médaillon à la marque IHS du Collège des jésuites Louis le Grand avec large encadrement doré, mouillure claire pour l'ensemble sinon bon exemplaire avec le certificat du Collège Louis le Grand de remise de prix en 1747 à un natif de Marseille relié en tête, et dans une reliure décorative.   

Edition originale de ce rare ouvrage pionnier sur la question de la lumière et de l'optique. Il est divisé en deux parties : "De la lumière radicale" interroge les propriétés des corps lumineux, et "De la lumière extérieure" qui traite de la lumière émise. En montrant avec insistance que la lumière n'est pas soumise aux lois de la physique des corps, Cureau veut mettre en valeur sa "spiritualité"; il veut définir la lumière comme une substance intermédiaire entre la matière et l'immatériel. Cureau de La Chambre était médecin, et il  mena toute sa vie une réflexion philosophique sur l’homme, sa physiologie et sa psychologie. En 1634 il devint l'un des premiers membres de l’Académie française, puis en 1666  l’un des premiers membres de l’Académie royale des sciences. ¶ Poggendorff I. p.505 . cf Robert Doranlo, La Médecine au XVIIe siècle, Marin Cureau de la Chambre, médecin et philosophe (1594-1669), Paris, 1939.
1.000 






LA FONTAINE (Jean de). Fables choisies, 1757

En reliure aux armes
LA FONTAINE (Jean de). Fables choisies, mises en vers par M. de La Fontaine, avec un nouveau commentaire par M. Coste. à Paris, chez David, 1757, 2 parties in 12, de 159pp. & 2ff. 275pp. XLIVpp. de préface et table, front. de Bernard Picart gravé par Legrand, et nbr. en-têtes gravées sur bois in t., petit manque en marge du feuillet de privilège in fine avec perte de qq. mots, rel. en 1 vol. pl. veau époque, dos orné, triple filet doré sur les plats avec frappé au centre les armes de Jacques de Flesselles seigneur de Champguelfier (1730-1789) il fut tour à tour conseiller au Parlement de Paris, puis maître des requêtes, président du Grand Conseil, intendant du Bourbonnais, puis de Bretagne, et de Lyon, enfin membre du Conseil d'Etat en 1784 et prévôt des marchands en 1789. Sa fin fut tragique: il fut assassiné par un inconnu après la prise de la Bastille et sa tête promenée sur un pique. (ex-libris mss. XIXe  Seigneur Louis Leclaire de Montaigu, domaine de Gravotot, seigneurie de Tournan) Bel exemplaire. 

Réimpression de l'édition Coste de 1743 avec les mêmes vignettes, quelques-unes signées Caron. ¶  Cohen p.547  (édit. de 1743) ces mêmes figurent se rencontrent dans les éditions de 1752 et  1757... - Quérard Fr. Litt. IV.405 "Ces trois éditions de Coste sont au nombre des meilleures..."
750 





RIMBAUD (Arthur). Poèmes. Les illuminations. Une saison en enfer, 1892

RIMBAUD (Arthur). Poèmes. Les illuminations. Une saison en enfer,  Paris, L. Vanier, 1892, in 12, de VII-151pp. Demi-maroquin rouge moderne à coins, dos orné, 1er plat de couv. cons. lég. défraîchi avec petit manque en bordure, bon exemplaire avec la date 1892 sur la couverture et sur la page de titre.   

Première édition collective, en partie originale, sur papier courant (il n'a été tiré que 25 ex. sur papier de Hollande). Edition publiée à l'initiative de Paul Verlaine quelques semaines après la mort de Rimbaud et reproduisant la préface qu'il avait écrite pour l'édition des "Illuminations" de la revue "La Vogue" en 1886.
1.500 




[SIMON (Richard)]. Histoire critique de la créance & des coûtumes des nations du Levant, 1684

Les chrétiens du Levant
[SIMON (Richard)]. Histoire critique de la créance & des coûtumes des nations du Levant, publiée par le Sr. de Moni. Francfort, chez Frédéric Arnaud, 1684, in 12, de 4ff. 229pp. 1f. de table, 1f. bl., pl. veau époque, dos orné, petite fente aux mors sup. sinon bel exemplaire.   
Rare édition originale de cette première défense des rites orientaux et des coutumes des chrétiens d'Orient. L'ouvrage, paru sous un pseudonyme, a été censurée, car R. Simon s'y fait l'apologue de l'orthodoxie des Églises d'Orient contre les accusations des théologiens et des missionnaires occidentaux. "J'ai reconnu que la plupart des hérésies qu'on attribue aux peuples du Levant n'ont presque aucun fondement..." Les Eglises d'Orient concernées sont : les Grecs orthodoxes, Les Melchites, Les Géorgiens, les Arméniens, les Mengreliens, les Jacobites, les Nestoriens, les Cophtes, les Ethiopiens, les Indiens ou chrétiens de St Thomas, les Maronites et les Mahometans. Rappelons aussi que Richard Simon est le père de la critique biblique moderne et qu'il étudie dans ce livre pour la première fois les rites des musulmans sans injures ni dénigrement. ¶ cf. Aboussouan Le Livre et le Liban, n° 131 - Blackmer 1543 - Vente Aboussouan n°843 - Sauvy 164 - Livres saisis à Paris entre 1678 et 1701, n°164 p.135 - Hage-Chahine Levant n°4529.
1.300 




[TABOUROT (Etienne)]. Les Bigarrures et Touches du Seigneur des Accords, 1616

Les rébus de Picardie
[TABOUROT (Etienne)]. Les Bigarrures et Touches du Seigneur des Accords, avec les apophtegmes du Sieur Gaulard et les escraignes dijonnoises, dernière édition revue & de beaucoup augmentée. à Rouen, chez David Geuffroy, 1616, 5 parties en 1 vol. in 12,  de 12ff. n. ch. 181ff. ch. 1f. bl., de 4ff. n.ch. 50ff. (pour la 4e partie des bigarrures), de 1f. de titre et 64ff. ch. (pour les Touches), de 59ff. ch. et 1f. de marque (pour les Contes facétieux) de 59ff. ch. (pour les Escraignes dijonnoises), ill. de portraits gravés à pleine page et de nbr. figures sur bois de rébus in t., pl. veau marbré début XVIIIe, dos lisse orné, 3ff. restaurés et qq. taches en marge de qq. ff. sinon bon exemplaire. 

Rare, une des dernières éditions augmentées. Seules quelques "épitaphes et dialogues" furent rajoutées en 1662. Ce livre, qui a valu à son auteur le surnom de « Rabelais de la Bourgogne », est un recueil de facéties licencieuses, de "rébus de Picardie", accompagné de plaisanteries souvent graveleuses, de calembours et de jeux d'esprits, d'énigmes, d'équivoques, de poétiques curieuses, de contrepèteries et autres pièces d’une gaieté toute rabelaisienne, le tout reflétant la naïveté malicieuse du vieil esprit gaulois… Très recherché. ¶ Brunet V.629 "L'édition de 1662 est la dernière qui ait été faite; mais malgré ce qu'annonce le titre, elle ne renferme rien de plus que que les exemplaires complets des éditions de 1603... et 1614 ..." - Viollet-Leduc Biblio. p.163 "...(l'édition de 1662) est la plus complète..." - cf. aussi Prof. J. -M. Messiaen De la syllepse à l’équivoque : redécouverte du calembour avec Tabourot. (Lyon) - Hope H. Glidden Latin, français, graphisme dans les jeux linguistiques de Tabourot des Accords.  Bull. Assoc. étude humanisme, 1982 vol.15
1.100