... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares et curieux et de partager les commentaires sur ces livres précieux ... ...

ROMAN CABALISTIQUE (le). Amsterdam, 1750


L'exemplaire de René Philipon
ROMAN CABALISTIQUE, (le). Amsterdam, Joli, 1750, in 12, de 70pp. 1f. blanc, (qui manque ici) cartonnage papier marbré moderne genre XVIII°, tr. rouges (ex-libris rosicrucien de René Philipon)  

Rare et curieux livre sur les lutins, esprits folets et démons dont Guaïta nous dit: "Ce Roman Cabalistique n'est pas commun, soit hasard, soit que l'auteur fut initié, il nous a dépeint très nettement, sous l'appellation des animaux invisibles, les êtres inconscients, semi-conscients, ou simplement instinctifs, que les occultistes nomment élémentaux, larves, fantômes astraux…" - ¶ St. de Guaïta n°2063 - Caillet n°9571 "rare, manque à la Bibliothèque Nationale" - Dorbon 4218 (l'exemplaire de Guaïta).
850 


MOREL (Dr. Bén. Aug.). Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l'espèce humaine, 1857


MOREL (Dr. Bénédicte Aug.). Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l'espèce humaine, et des causes qui produisent ces variétés maladives. Paris, Londres, & New-York, Baillière, 1857, 1 vol. de texte in 8° et 1 atlas in folio, de XIX-700pp., et 23pp. & 12 planches lithographiques pour l'atlas, soit 2 vol. demi-basane brune époque, dos lisse à filets dorés, pièce de titre rouge, rousseurs pour le texte sinon bel exemplaire très frais pour l'atlas. 

Très rare édition originale de cet ouvrage majeur du Dr. Morel qui approfondit les problèmes de l'hérédité morbide. "Dès 1856 Morel ne songe plus qu'à la dégénérescence, passe son temps à circuler de côté et d'autre pour étudier les types et vérifier les lois qu'il a formulées". Car pour lui les aliénés enfermés dans les asiles sont, dans la presque généralité des cas, des dégénérés, qui présentent sous leurs dissemblances des typologies morbides héréditaires ou acquises. Les lithographies représentent 37 adultes ou enfants dégénérés. ¶ Semelaigne pionniers psychiatrie I. 342 - Brierre de Boismont maladies mentales p.698 - Garrison-Morton n°2297  " The atlas reproduces by lithography some of the earliest photographs of the insane"  - Heirs of Hippocrates n° 1721 - Norman n° 1545.   2.500 


MORIN (Claude). La Platine, l'or blanc, ou le huitième métal, 1758


MORIN (Claude). La Platine, l'or blanc, ou le huitième métal, Recueil d'expériences faites dans les Académies royales de Londres, de Suède etc.. sur une nouvelle substance métallique tirée des mines du Pérou, qui a le poids & la fixité de l'or.... Ouvrage nécessaire... aux orfèvres, & affineurs ... Utile... à fabriquer des miroirs etc... Paris, Le Breton, Durand, Pissot, Lambert, 1758, in 12, de XVI-194pp. 3ff., ill. d'un tableau se dépl., pl. vélin époque, p. de titre brune, tr. rouges, (ex-libris gravé 18e Giacomo Massimiliano di Collalto e San Salvatore) Bel exemplaire.   

Edition originale rare. Une des première monographies en langue française consacrée au platine, métal précieux découvert au Pérou par l'astronome et militaire Antonio de Ulloa (1716-1795), et décrit pour la première fois à la Royal Society par W. Watson, alors que Charles Wood isolait indépendamment l'élément dès 1741. C’est le Suédois, Scheffer, qui désigna en 1751 le platine comme le 7e élément (cf. p.37). Tous ces travaux sont résumés dans le présent volume, qui comprend aussi de nombreuses expériences autour du Platine : cristallisation, traitements avec le feu, les sels, les acides, les alliages du Platine, la coupellation, platine et antimoine, déflagration du zinc avec le platine... ¶ Duveen p.414 "Platine was first described to the Royal Society by Watson in 1750..." - Caillet 7778 "curieux et peu commun" - Nourry cat. alchimie (1927) n°313 "petit livre fort rare qui touche de très près à la génération des métaux dans les mines du moins telle que la conçoivent les alchimistes"
1.200 


ALEMBERT (J. Le Rond d'). Elémens de musique théorique et pratique, suivant les principes de M. Rameau 1772


ALEMBERT (J. Le Rond d'). Elémens de musique théorique et pratique, suivant les principes de M. Rameau, éclaircis, développés et simplifiés, Nouvelle édition revue, corrigée considérablement augmentée. Lyon, Jean-Marie Bruyset, 1772, in 8°, de 2ff. XXXVI-236pp. 2ff., ill. de 10 planches gravées dépliantes, dont 9 de musique notée, pl. veau fauve marbré époque, dos orné, exemplaire avec d'intéressantes notes techniques de l'époque en marge de la partie "harmonie".   

5e édition contenant l'important "discours préliminaire" ajouté en 1762 et résumant les points de désaccord avec Rameau. Tout d'abord, d'Alembert, intéressé par l'approche scientifique du musicien, encourage Rameau à présenter ses travaux à l'Académie des Sciences, et  fait son éloge . Puis publie en 1752 les "Élémens de musique suivant les principes de M. Rameau" et retouche en sa faveur des articles de l'Encyclopédie écrits par Rousseau. Mais leurs voies divergent à l'occasion de la querelle des Bouffons.  Si la pensée de Rameau se caractérise par une recherche scientifique poussée et une théorie esthétique sommaire, si Rousseau semble souvent substituer l’esthétique à la science comme finalité de la réflexion musicale; d’Alembert lui, attentif aux arguments de Rousseau, est à la recherche d’outils permettant de penser doublement la musique. Ainsi, dans le "Discours préliminaire" il accorde la priorité chronologique à la mélodie. Il trouve aussi un nouvel argument contre Rameau pour ce qui est des rapports entre "mélodie et harmonie". Fondamentalement pour Rameau l'harmonie relève de l'ordre naturel, alors que pour d'Alembert seule la mélodie est naturelle, alors que l'harmonie plus récente relève de la culture, par apprentissage et progrès. La place de Rameau dans l’histoire de la théorie musicale est aujourd’hui reconnue de tous, pourtant les objections soulevées par Rousseau et d'Alembert dans leurs controverses sont loin d’avoir perdu de leur pertinence. ¶ cf. Michael O’Dea Consonances et dissonances : Rousseau et d’Alembert face à l’oeuvre théorique de J.-Ph. Rameau. in Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, n°35 (2011) - Quérard Fr. litt. I, p.25                          600