... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares et curieux et de partager les commentaires sur ces livres précieux ... ...

Parmentier le maïs, 1812 - L'exemplaire de B. Delessert

L'exemplaire de Benjamin Delessert, un proche de Parmentier
PARMENTIER (A. A.). Le Maïs ou blé de Turquie, apprécié sous tous ses rapports, mémoire couronné le 25 août 1784 par l'Académie royale des Sciences, Belles Lettres & Arts de Bordeaux. Nouvelle édition revue & corrigée, imprimée par ordre du Gouvernement. Paris, impr. Impériale, 1812, in 8°, de VIII-303pp., pl. basane racinée époque, dos lisse orné, qq. rousseurs sinon bel exemplaire avec en tête un envoi à "M. Benj(amin) Delesser(t) de la part de Son (Excellence) le Ministre des Manufactures" (à l'époque le Comte Collin de Sussy), envoi en partie coupé. Précieuse provenance. 

Seconde édition augmentée, mais en fait la première destinée à la vente. Comme Parmentier le dit lui-même dans son avertissement, il avait fait édité ce texte une première fois en 1785 mais à si petit nombre que personne n'a pu le lire ! C'est le premier ouvrage consacré au maïs en Europe. Le pharmacien Parmentier est un nutritionniste et un hygiéniste, traitant aussi bien des fécules, que du pain ou du sucre. Il est l’un des créateurs de l’École de boulangerie en France en 1800. C’est aussi grâce à Parmentier que la première raffinerie de sucre de betterave fut mise en service par Delessert en 1801. Benjamin Delessert (1773 - 1847) homme d'affaires, naturaliste et philanthrope, fonde en 1812 une fabrique de sucre de betterave où il introduit des procédés nouveaux. Lors du blocus de la France, c’est Delessert qui, en se basant sur les recherches du chimiste allemand Franz Karl Achard (1753-1821), met au point la méthode d’extraction du sucre à partir de la betterave, méthode qu’il nomme Bonmatin. Vers 1800, il fonde aussi des soupes populaires qui distribuent, durant certains hivers, jusqu’à quatre millions de repas. Il participe en 1818 à la création des Caisses d’épargne et de prévoyance dans l'optique de secourir les plus démunis ; il les dirige durant près de vingt ans et y fonde le livret A. Il offre le contrôle de l’établissement au gouvernement en 1835. A sa mort, il existait en France 350 caisses d’épargne ayant récolté quatre cent millions de francs. Fervent propagateur de l'instruction primaire, il est le patron des salles d'asile. Surnommé le « père des ouvriers », il lègue 160 000 francs à la Caisse d'épargne, à charge de donner des livrets de cinquante francs à trois mille ouvriers choisis chaque année. ¶ Oberlé fastes de Bacchus n°816.
1.000 

Baronne de Krüdener, Valérie roman épistolaire, 1804

KRÜDENER (B. J. Baronne de). Valérie, ou Lettres de Gustave de Linar à Ernest de G...  De l' imprimerie de Giguet et Michaud. A Paris, chez Heinrichs, 1804, 2 vol. in 12, de VIII-261 pp et 208 pp., (sans le f. d'errata) pl. veau marbré époque, dos orné, bon exemplaire. 

Edition originale très rare de ce roman épistolaire autobiographique rédigé en français dont le succès fut considérable. La baronne de Krüdener, d'origine livonienne et à la vie aventureuse, vécut à Paris pendant la Révolution, influença Bernardin de St Pierre, et se lia avec Mme de Staël, Mme Récamier et Chateaubriand. Devenue mystique, elle se pénétra de l'oeuvre de Swedenborg et subjugua le Tsar par son exaltation religieuse. Inspiré de sa liaison avec Alexandre de Skatieff, ce roman sentimental et frénétique est unanimement reconnu comme un des chefs d'oeuvres du pré-romantisme. C'est la seule oeuvre romanesque de Mme de Krüdener.¶ Carteret I, 459 - Vicaire IV, 723 - Escoffier mouvement romantique n°145 "le tome 1er n'a pas et ne doit pas avoir de faux-titre. Le nom du libraire Heinrichs a disparu au titre du tome II.... le feuillet d'errata manque souvent... livre rare.." - Oberlé cat. romans noirs n° 453 "d'une grande rareté..."
750 

Newton les leçons d'algèbre, rare première édition française

NEWTON (Isaac). Arithmétique universelle, traduite du Latin en Francais, avec des notes explicatives par Noel BeaudeuxParis, chez Bernard, 1802, 2 parties in 4°, de 2ff. XXIV-252pp. & 2ff. 257pp. 1f., ill. de 14 planches gravées h.t., 2ff. de cat. de l'éditeur, reliés en 1 vol. demi-veau blond époque, coins vélin, plats papier marbré,  qq. infimes rousseurs sinon très bel exemplaire.

Rare première édition française de cet ouvrage fondamental. Ces leçons d'algèbre données par Newton à Cambridge entre 1673 et 1683 furent publiées pour la première fois par son assistant William Whiston en 1707. Parmi quelques nouveaux théorèmes et divers points d'algèbre, plus une théorie des équations, on note surtout dans ce traité de très  importants résultats: comme le groupement par couple des racines imaginaires d'une équation, la détermination des valeurs approchées des racines numériques, la formation de la somme des mêmes puissances des racines, et le fondement de la théorie des fonctions symétriques de ces racines, enfin une intéressante mais incomplète discussion du nombre des racines imaginaires, problème qui stimulera les réponses de Gravesande et de Maclaurin. ¶ Daumas Hist. science p.581 - Gray Newton 286 - Manque à la Babson collection, pas dans Sotheran.                     2.000