... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares et curieux et de partager les commentaires sur ces livres précieux ... ...

La Roque Voyage de l'Arabie heureuse, 1716

Le Yémen et le café
[LA ROQUE (Jean de)]. Voyage de l'Arabie heureuse, par l'Océan oriental, & le détroit de la mer Rouge. Fait par les François, pour la première fois, dans les années 1708, 1709 & 1710. Avec la relation d'un voyage fait du port de Moka à la cour du roy d'Yemen, dans la seconde expédition des années 1711, 1712 & 1713. Un mémoire concernant l'arbre & le fruit du Café... et un traité historique de l'origine & du progrès du Café... & de l'établissement de son usage à Paris. Paris, André Cailleau, 1716, in 12, de 8ff. 403 pp. 6ff., ill. de 3 planches gravées représentant l'arbre à café ou caféier et d'une carte dépl. par De L'isle représentant le Yémen, la mer Rouge et une partie de l'Arabie, pl. chagrin vert bronze début XXe, dos entièrement orné genre 18e, bel exemplaire en reliure pastiche. 

Seconde édition de cette importante relation de l'expédition française au Yémen entre 1708 et 1713, composée de deux navires qui suivent un itinéraire qui passe par Madagascar, Aden, Tagora et Moka. Cette relation est basée sur les lettres du capitaine de La Merville qui dirigea la première expédition de 1708, et de M. de Champloret, agent de la compagnie des Indes. Jean de La Roque, fils d'un négociant marseillais, était particulièrement intéressé par la possibilité d'acheter le café directement au Yemen sans passer par les Anglais ou les Hollandais. L'enjeu commercial pour les Français est alors considérable. La Roque donne une foule de renseignements sur le contrat établi avec le gouverneur du Yémen, mais surtout joint en seconde partie une monographie détaillée sur le café, suivie d'un historique de l'usage du café. Il nous apprend en particulier qu'en 1671 ouvrait à Marseille la première « maison de café » et que « Le concours ne manqua pas d'y être fort grand, surtout de la part des Levantins, outre que les marchands et tous les marins trouvèrent ce lieu-là commode pour conférer de leur commerce et pour s'entretenir sur la navigation : ce qui fit bientôt augmenter le nombre de ces lieux publics. ». Marseille devint alors le port d'importation du café provenant du Levant et principalement du Yemen. ¶ Boucher de La Richarderie IV, 432 - Hage Chahine Levant 2653 - Weber 468 (édit. d'Amsterdam) - Atabey 673 - Cox 1, 222 - vente Aboussouan n°512 (édit. d'Amsterdam) - Muller Kaffee S.180 - Gay Afrique 3680 (édit. 1715) - Bitting 274.  1.200